Accueil > Lot-et-Garonne > Vallée du Lot > Villeneuve-sur-Lot

Villeneuve-sur-Lot

Le musée de la ville, installé dans le moulin de Gajac, retrace l’histoire chargée de Villeneuve-sur-Lot, que l’on remarque par ailleurs à travers l’ensemble de son patrimoine culturel. La commune conserve encore son image de petite bastide à travers son plan actuel, et ses multiples édifices religieux. Cet ensemble témoigne de l’ascendance de la ville sur la Vallée du Lot.

L’importance du patrimoine médiéval de Villeneuve-sur-Lot en fait presque oublier que le site sur lequel se trouve la commune est occupé dès l’Antiquité. Les traces les plus remarquables sont celles de l’ancienne ville romaine d’Excisum située sur les lieux de l’actuel quartier d’Eysses. Elle se trouve à l’embranchement de deux voies importantes : l’une allant de Bordeaux à Cahors, et l’autre de Auch à Bourges. On y dénombrait théâtres, thermes, temples, forum, de vastes quartiers artisanaux dont il ne reste plus que quelques traces.

Au XIe siècle, s’installe une abbaye bénédictine rattachée à l’ordre de Cluny en 1061. Elle regroupe sous ses murs un petit village de paysans et d’artisans.

En juin 1251, Alphonse de Poitiers, frère de saint Louis, visite le Quercy et l’Agenais, domaines que lui a apportés en dot sa femme, Jeanne de Toulouse. Le pays avait été ravagé lors de la guerre contre les Albigeois et les plaies étaient encore vives. Passant par l’abbaye d’Eysses, le nouveau comte négocie avec les abbés la création d’une ville nouvelle. Les démarches pour la cession des terrains et le choix de son emplacement durent dix ans. Ce n’est finalement que le 10 avril 1264 qu’est signé le contrat de "naissance" de Villeneuve.

La fondation de Villeneuve s’inscrit dans un grand mouvement d’expansion urbaine né au début du XIIIe siècle dans tout le Sud-Ouest de la France. Rien que dans l’Agenais, on dénombre 109 villes nouvelles qui portent le nom de bastides. Leur création correspond à trois objectifs : un objectif politique (renforcer le pouvoir royal en Agenais, face aux possessions anglaises), un objectif administratif (créer de nouvelles communautés qui échapperaient à l’emprise des seigneurs locaux), et enfin, un objectif économique (fixer, contrôler des populations, accélérer et organiser le défrichement des terres, créer de nouveaux marchés, de nouvelles places économiques).

Construite avant tout comme place économique, sans remparts, la bastide de Villeneuve doit bientôt penser à se défendre lors des nombreux conflits qui jalonnent la guerre de Cent ans puis les guerres de Religion. A la fin du XVIe siècle, elle résiste aux troupes de Marguerite de Valois, qui tente de conquérir l’Agenais et de convaincre les habitants de Villeneuve de combattre à ses côtés.

Le dernier conflit rencontré est celui de la Fronde. Punie pour avoir pris le parti des frondeurs, elle voit ses remparts rasés et ses tours démolies. Les fossés ne seront comblés qu’au début du XIXe siècle, et remplacés par des boulevards.

La révolution industrielle du XIXe siècle contribue au développement économique de Villeneuve (émergence de nombreuses entreprises liées à l’agro-alimentaire). Son paysage urbain est alors transformé par la construction de plusieurs habitations extra-muros. Sa population augmente alors de près de 50% en l’espace de seulement un siècle, passant de 13 642 habitants en 1890 à 22 788 en 1990.

Deuxième ville du département, Villeneuve-sur-Lot est actuellement une ville moderne qui a su préserver son patrimoine par des travaux de restauration. Commune très touristique, de nombreuses activités y sont proposées chaque année, comme des promenades en bateau ou des foires.


Commune

  • Nom des habitants : Villeneuvois, Villeneuvoises
  • Superficie : 8132 hectares
  • Population : 23466 habitants (2006)
  • Cours d'eau :

    le Lot

  • Origine du nom et description du blason :

    Les premiers noms connus portés par la ville sont Villeneuve d’Eysses (du nom de l’abbaye bénédictine qui céda une partie de ses terres pour la construction de la bastide) puis Villeneuve d’Agenois (parce que faisant partie de la sénéchaussée de l’Agenois), puis Villeneuve d’Agen. A partir de la Révolution la commune prend tantôt le nom de Villeneuve d’Agen, tantôt celui de Villeneuve-sur-Lot. Ce n’est qu’en 1872 que son nom est définitivement fixé.

    Le blason de la ville représente le pont vieux, tel qu’il était au Moyen Âge : trois tours de défense surmontées d’une fleur de lys, qui désigne sa fidélité à la couronne de France.


Informations pratiques

Mairie de Villeneuve-sur-Lot : 05.53.41.53.53

http://www.ville-villeneuve-sur-lot.fr

Office de Tourisme : 05.53.36.17.30

http://www.tourisme-villeneuve-sur-lot.com


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Serge Pampouille (1999). Mémoire en Images, Villeneuve-sur-Lot, RIS, BibTeX.

Régis Garnier Le Lot-et-Garonne autrefois (1880-1918), RIS, BibTeX.

Jacques Dubourg (1991). Connaître les bastides du Lot-et-Garonne, RIS, BibTeX.

M. Amen, M. Maille (1992). Monographie des villes et villages de France, le Lot-et-Garonne, RIS, BibTeX.

Auguste Cassany-Mazet (1993). Arrondissement de Villeneuve-sur-Lot, RIS, BibTeX.

Archives municipales de Villeneuve-sur-Lot, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite