Accueil > Gironde > Bordelais > Villenave-d’Ornon

Villenave-d’Ornon

Situé en bordure de Garonne et à proximité du centre de Bordeaux, Villenave-d’Ornon connait une occupation constante de son territoire et a pu devenir une importante métropole bordelaise.

Des vestiges mégalithiques témoignent d’une présence humaine, il y a 5000 ans. La découverte d’une nécropole enfouie dans une colline surplombant l’Eau Blanche atteste en effet d’une première occupation du sol au néolithique. La présence des Romains est confirmée pour le Ier siècle à Courréjean et Sarcignan. À la Fontaine de Veyres, en effet, subsistent les vestiges d’un aqueduc romain construit pour l’acheminement de l’eau à Bordeaux. Des fouilles effectuées en 1999 et 2000 révèlent que d’autres bâtiments romains ont subsisté jusqu’aux invasions barbares du Ve siècle.

En l’an mille, Bernard Furt d’Ornon, comte d’Ornon, fonde la Villanova d’Orno. Plus tard, autour de l’église Saint-Martin fondée au XIe siècle, la paroisse s’organise dans la mouvance de la bastide de Baa. Celle-ci, située sur le territoire de Talence, est en 1390 une dépendance du comté d’Ornon, propriété personnelle du roi d’Angleterre, duc d’Aquitaine. Une motte féodale est ensuite érigée à Courréjean, protégeant l’accès du port du même nom et le village situé au nord-ouest.

Au XIVe siècle, des moulins sont implantés sur l’Eau Bourde et l’Eau Blanche. Ils semblent dépendants du chapitre de la cathédrale Saint-André de Bordeaux ou de l’abbaye de Sainte-Croix de Bordeaux. Le morcellement du comté d’Ornon voit l’apparition, à côté du domaine royal, de cinq seigneuries : Beunon, Courréjean, Carbonnieux, Bois-Lalande (Sallegourde) et Montplaisir (Pontac). Lorsque, en 1453, le comté d’Ornon est acheté par le maire et les jurats de Bordeaux, Villenave devient administrativement et judiciairement dépendante de Bordeaux.

La Révolution voit la création de la commune de Villenave-d’Ornon, calquée sur l’ancienne paroisse. À cette période, le curé devient « constitutionnel » et membre du nouveau conseil municipal, et Jean de Groc, parlementaire, propriétaire à Haute-Barde, est guillotiné par erreur à la place de l’un de ses fils émigré. Le pouvoir communal revient, à partir de Napoléon Ier, à la famille Mirieu de Labarre et ce, presque sans discontinuité, jusqu’en 1880.

Au XIXe siècle, plusieurs quartiers de Villenave-d’Ornon s’agrandissent. L’instauration de la IIIe République marque le début de construction de bâtiments publics tels que la mairie, l’école, et la poste. L’augmentation sensible de la population vers le Pont-de-la-Maye fait naître, en 1848, une paroisse succursale à Saint-Delphin. Cet événement est considéré comme le détonateur de la création d’une commune distincte au Pont-de-la-Maye, et prend fin en 1930. Puis, une mairie annexe est inaugurée au Pont-de-la-Maye en 1935. Dans les années 1940, le troisième grand quartier de Chambéry est créé. La mairie de Villenave-d’Ornon est installée au Pont-de-la-Maye en 1959, et de nouveaux bâtiments publics et églises voient le jour. La mairie déménage dans le domaine Canteloup, un château datant de 1777. La rocade intérieure de Bordeaux est construite dans les années 1970. Celle-ci, avec la route départementale et la voie ferrée, coupent définitivement la commune en trois quartiers : Pont-de-la-Maye, Bourg et Chambéry.

La vie quotidienne s’est articulée au fil des siècles essentiellement autour la culture viticole. Les propriétaires terriens sont alors issus majoritairement de grandes familles de la noblesse et de la bourgeoisie bordelaise. La population est restée essentiellement agricole au XIXe siècle, même si le chemin de fer du Midi traverse la commune du nord au sud. La Première Guerre mondiale suscite la création d’un hôpital militaire sur le champ de manœuvre du Béquet. L’artisanat et une première activité industrielle commencent véritablement dans les années 1920. Dans les années 1960, des usines et des entreprises s’installent dans les quartiers d’Hourcade, Courréjan, Chanteloiseau. Chambéry s’étoffe en zone résidentielle avec des petits commerces.

Intégrée à la Communauté urbaine de Bordeaux, la commune de Villenave-d’Ornon compte aujourd’hui 30000 habitants. Ville jeune et dynamique, elle possède un ensemble associatif vaste et de nombreux équipements culturels qui permettent le développement d’activités diverses.


Commune

  • Code postal : 33550
  • Nom des habitants : Villenavais, Villenavaises
  • Superficie : 2126 hectares
  • Population : 30397 habitants (1999)
  • Origine du nom et description du blason :

    de l’anthroponyme Ornon et du latin villanova, “ ville neuve ”.

    la demi-lune symbolise l’une des boucles de la Garonne, la tour rappelle le comté d’Ornon, le léopard évoque la domination anglaise, et le jaune représente le vin blanc de Carbonnieux.


Informations pratiques

Mairie de Villenave-d’Ornon : 05 56 75 69 00


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Patrick Epron (1998). Dictionnaire de l’origine des noms de lieux en Gironde, RIS, BibTeX.

Michel de La Torre (1990). Gironde, Le guide complet de ses 542 communes, RIS, BibTeX.

Gustave Labat (1892). Notice historique sur Villenave-d’Ornon, RIS, BibTeX.

François Magnant (2000). Villenave-d’Ornon, 5000 ans d’histoire, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite