Accueil > Gironde > Langonnais > Verdelais

Verdelais

Verdelais est connue dans toute la région pour son très important pèlerinage, auquel la vie, l’histoire et le patrimoine de la commune sont intimement liés.

À l’origine de la commune se trouve probablement une villa gallo-romaine. Plus tard, une première paroisse nait au bord de la Garonne et prend le nom d’Aubiac. Une église, placée alors sous le vocable de saint Maurice, est bâtie au XIe siècle par les moines de Saint-Macaire, qui dépendent de l’abbaye Sainte-Croix de Bordeaux.

Parallèlement, un croisé de retour au pays, Géraud de Graves, établit, dans les bois appelés Le Luc, un ermitage où il se retire et fonde une chapelle dédiée à Notre-Dame. À sa mort, en 1159, le seigneur et les moines de Saint-Macaire font venir des moines du Limousin (des Grandmontains) pour occuper l’ermitage et assurer la garde de la chapelle. Dans un acte de 1190, signé de Richard Coeur de Lion, des privilèges sont accordés à ce nouveau couvent, sis à « Verdelaye ». C’est ainsi la première mention du nom actuel de la commune.

En outre, de nombreux miracles opérés par Notre-Dame de Verdelais initient un pèlerinage de plus en plus suivi. Le monastère est détruit pendant la Guerre de Cent ans et reconstruit grâce à la comtesse de Foix. À nouveau incendié par les huguenots, il renait encore de ses cendres et devant l’accroissement permanent des pèlerinages, le Cardinal de Sourdis confie aux moines Célestins les destinées de Verdelais (1625).

À la même période, les villageois d’Aubiac obtiennent l’autorisation de célébrer la messe paroissiale en la chapelle Notre-Dame-de-Verdelaye, en cas d’inondation à Saint-Maurice. Petit à petit, le village s’éloigne de la Garonne et se rapproche du monastère, pour finalement l’entourer et prendre son nom.

Durant le XVIIIe siècle, Verdelais devient le sanctuaire marial le plus populaire de toute la Guyenne. La plupart des pèlerins arrivent par la Garonne, à bord de gabarres et accostent au port de la Garonnelle.

Après une période d’extinction pendant la Révolution, le pèlerinage renait avec vigueur au XIXe siècle, sous l’impulsion des autorités religieuses de Bordeaux. L’église est agrandie et devient basilique mineure en 1924.

La commune reste profondément marquée par la singularité de ce pèlerinage. Elle conserve un riche et intéressant patrimoine religieux dont une église, une basilique, un mobilier, un couvent et un calvaire, entre autres.

Galerie photo

Verdelais (33) Moulin de Cussol, Verdelais (33) Calvaire de Verdelais Calvaire de Verdelais

Commune

  • Code postal : 33543
  • Nom des habitants : Verdelaisiens, Verdelaisiennes
  • Superficie : 474 hectares
  • Population : 869 habitants (1999)
  • Origine du nom et description du blason :

    Verdelais, “ verte forêt ”, est le nom attribué au monastère du Luc (bois sacré) fondé par les Grandmontains en 1142.


Informations pratiques


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Patrick Epron (1998). Dictionnaire de l’origine des noms de lieux en Gironde, RIS, BibTeX.
Michel de La Torre (1990). Gironde, Le guide complet de ses 542 communes, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite