Accueil > Landes > Landes océanes > Uza

Uza

Place forte pendant tout le Moyen Âge, le petit village d’Uza connaît au XVIIIe siècle une croissance fulgurante grâce à la création de forges par la famille des Lur-Saluces. Cette famille d’ancienne noblesse est également à l’initiative de la construction de l’église de la paroisse, et des transformations somptueuses de son château médiéval. L’étang d’Uza, qui alimente jadis la forge, participe aujourd’hui à l’attrait touristique de la commune.

Au XIXe siècle, les archéologues trouvent à Uza des traces qu’ils identifient comme celles d’une forge de l’âge de fer. La présence des Francs est attestée avec plus de certitude par la découverte, en 1869, d’une tombe située sous la chapelle du village.

Les invasions normandes au IXe siècle, puis l’occupation anglaise à partir du XIe siècle, poussent les seigneurs locaux à se doter d’un château-fort. Entre 1252 et 1272, ce dernier est la possession de Pierre, Vicomte de Tartas.

Lors de la Guerre de Cent Ans, le village passe sous la couronne anglaise et en 1358, c’est le roi d’Angleterre, Edouard III, qui autorise le seigneur d’Uza, Guillaume de Pomiers, à chasser la baleine entre Biscarosse et Saint-Julien-en-Born.

Uza devient ensuite la possession de la famille de Montferrant. Le village accède également au statut de comté, dans des circonstances inconnues. Le roi d’Angleterre profite également de cette période pour y faire construire un nouveau château.

Lorsqu’ Isabeau de Montferrant se marie en 1398, elle transmet la comté à la famille de son mari, les de Lur . Uza passe ensuite aux Lur-Saluces, lorsqu’un membre de la famille de Lur épouse Charlotte de Saluces, en 1589. Son histoire se confond dès lors avec celle de cette famille.

Au XVIIIe siècle, les Lur-Saluce installent ainsi des forges à Uza. On y produit de la fonte utilisée par la marine et les arsenaux. Jusqu’à 200 ouvriers y travaillent.

Ce développement économique amène la création, en 1874, de la commune indépendante d’Uza, jusque là considérée comme une partie de Lévignacq. Le début du XXe siècle voit l’activité industrielle stoppée et le village retrouver des proportions beaucoup plus modestes.

Aujourd’hui le village compte 120 habitants mais il connaît une nouvelle prospérité grâce au tourisme et aux sports nautiques.


Commune

  • Nom des habitants : Uzaquois, Uzaquoises
  • Superficie : 1288 hectares
  • Population : 120 habitants (2005)
  • Origine du nom et description du blason :

    L’étymologie d’Uza renvoie à deux sources possibles. Soit ce nom est issu du nom d’un homme latin Usius soit il est d’origine gasconne. Dans cette langue régionale, le village se nomme Husar . Il viendrait de l’association du mot Heuç qui signifie fourgère et du suffixe -are .


Informations pratiques

Mairie d’Uza : 05 58 42 82 88

Office de Tourisme de Contis-Plage - Saint-Julien-en-Born - Uza : 05 58 42 89 80

http://www.contis-tourisme.com

Communauté de communes

http://www.cc-landesnature.fr


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Bénédicte Boyrié-Fénié (1995). Carte archéologique de la Gaule : Les Landes, RIS, BibTeX.

Bénédicte Boyrié-Fénié (2005). Dictionnaire toponymique des communes, RIS, BibTeX.

David Chabas (1972). Villes et villages des Landes, RIS, BibTeX.

Serge Pacaud (2004). Patrimoine landais : Villages et Visages des Landes au début du XXè siècle, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite