Accueil > Lot-et-Garonne > Vallée du Lot > Tournon-d’Agenais

Tournon-d’Agenais

La ville de Tournon-d’Agenais est aujourd’hui un site classé et protégé. En effet, la présence historique de châteaux médiévaux et d’une bastide encore visible indique l’importance de son patrimoine. D’ailleurs, en tant qu’ancienne résidence des évêques d’Agen et ville protestante, son histoire se reflète également dans chacune de ses maisons.

Tournon est mentionné pour la première fois au XIIIe siècle dans un écrit sur la croisade contre les Albigeois. Il est alors raconté que Simon de Montfort, sur son chemin vers Penne en 1212, détruit les châteaux de Tournon, Anthé, l’Estelle et Cazideroque. Cependant, une présence humaine installée à Tournon est attestée dès l’Antiquité.

Le village, placé sur un « pech » de 210 m d’altitude, domine la vallée du Boudouyssou. Au XIIIe siècle, cette situation privilégiée permet la construction d’une forteresse. Ce château défend, comme beaucoup d’autres, les terres de Raymond V, Comte de Toulouse, contre Richard Cœur de Lion. Mais c’est Raymond VII de Toulouse qui organise, peu avant sa mort en 1249, l’extension du village autour d’une place centrale.

En 1257, Tournon fait partie des douze baillis de l’Agenais et prend rapidement la forme d’une bastide. Cette dernière est fondée par Alphonse de Poitiers. Deux événements historiques majeurs vont accélérer le développement des bastides dans la région. D’une part, la croisade contre les cathares du début du XIIIe siècle et d’autre part les dissensions franco-anglaises de la fin de ce siècle.

En 1279, Tournon passe entre les mains des Anglais qui achèvent l’établissement de ses fortifications avec la reconstruction du château. La ville fait alors partie de la ligne de défense contre le Quercy français. Elle redevient française, d’abord provisoirement en 1293, puis définitivement en 1324. De 1373 à 1503, elle fait partie de la seigneurie de la famille Armagnac.

Au XVIe siècle, Tournon est une place de sûreté protestante qui accueille Jeanne d’Albret et Henri IV à plusieurs reprises. Suite aux affrontements des catholiques contre les huguenots, le château féodal est détruit un siècle plus tard. Parmi les éléments dévastés, on compte également les portes de la ville et une partie des remparts. Cette période marque cependant un important renouveau, notamment grâce à la construction du beffroi et du couvent des Récollets. Par la suite, Tournon vit relativement paisiblement et survit aux affrontements de la période révolutionnaire.

L’économie de la commune est actuellement basée sur une agriculture riche et diversifiée. Ainsi, on peut y voir de nombreux champs de tournesol et de betterave, mais aussi des pruniers, des vignes et des pâturages de blonde d’Aquitaine. L’artisanat y est aussi très présent et le patrimoine riche qu’elle conserve favorise le développement du tourisme.


Commune

  • Nom des habitants : Tournonais, Tournonaises
  • Superficie : 2126 hectares
  • Population : 860 habitants (2006)
  • Cours d'eau :

    le Boudouyssou

  • Origine du nom et description du blason :

    Il existe plusieurs hypothèses pour l’origine du nom de Tournon mais toutes ramènent à la période gauloise. Il peut venir du bas latin et signifier « mont » ou « enceinte circulaire » mais aussi d’un mot gaulois évoquant un marché.


Informations pratiques

Mairie de Tournon d’Agenais : 05.53.40.70.19, www.tournondagenais.com

Office de Tourisme de Tournon d’Agenais : 05.53.40.75.82


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Société académique d’Agen (2005). Revue de l’agenais, RIS, BibTeX.

Pierre Simon Tournon-d’Agenais du XIIIe siècle au XVIIe siècle, RIS, BibTeX.

Société académique d’Agen (1980). Revue de l’agenais, RIS, BibTeX.

Brieuc Fages (1995). Carte archéologique de la Gaule, le Lot-et-Garonne, RIS, BibTeX.

Lucien Massip (1926). Toponymie de l’Agenais, essai sur l’origine et la signification des noms de lieux de cette province, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite