Accueil > Dordogne > Périgord Blanc > Chancelade > Église abbatiale de Chancelade > Tableau de l’abbaye de Chancelade, Christ aux outrages

Tableau de l’abbaye de Chancelade, Christ aux outrages

Le Christ aux outrages de l’abbaye de Chancelade ne révèle pas tous les secrets de son auteur. Celui-ci est, quoiqu’il en soit, un maître du clair-obscur.

La tradition populaire de Chancelade raconte que ce tableau est donné par Louis XIII à Alain de Solminihac dans les années 1620. Cependant, rien ne prouve l’exactitude de ces faits. En revanche, il semble que ce tableau fasse partie de la campagne de réhabilitation de l’abbaye, orchestrée par Solminihac, dans la première moitié du XVIIe siècle.

Les yeux fermés, ce Christ semble souffrir, tandis que sa tête est penchée sur le côté et son buste vers l’avant. Par ailleurs, une chandelle placée à l’arrière plan permet d’exercer un effet clair-obscur.

Longtemps attribué au Lorrain Georges de La Tour, ce « Christ aux outrages » fait l’objet de nombreuses polémiques. Certains l’attribuent au hollandais Gerrit van Honthorst. Malgré l’utilisation du clair-obscur, aucun nom particulier ne semble s’attacher au tableau parmi l’école de peintres du XVIIe siècle découlant de Caravage (célèbre inventeur de cette technique).

Par la polémique qu’il suscite et la grande renommée attachée au nom de Georges de La Tour, ce tableau dynamise la vie culturelle de Chancelade. Plusieurs fois aux musées des Arts Décoratifs de Paris, du Louvre ou encore de Berne, ce Christ aux outrages fait parler de la commune et de l’abbaye bien au-delà des limites du Périgord.


Patrimoine


Informations pratiques

L’abbaye est accessible au public durant l’été.


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Bernard Reviriego (1997). Le Christ aux outrages de Chancelade, RIS, BibTeX.

Bernard Reviriego (1994). Chancelade. Les chemins de la mémoire, RIS, BibTeX.


Partager cette visite