Accueil > Pyrénées-Atlantiques > Pays Basque > Souraïde

Souraïde

Située au pied du mont Ereby, Souraïde se trouve sur la voie du Batzan, l’un des chemins du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Mentionnée pour la première fois au XVIe siècle, on sait pourtant que Souraïde se développe durant le Moyen Âge en constituant, du fait de sa localisation, une étape importante pour les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Son église, érigée au XIIe siècle, est d’ailleurs dédiée à saint Jacques le Majeur.

En outre, vers la fin de l’époque médiévale, le village abrite deux prieurés, Gorostoro et Sainte-Madeleine-d’Otsanz. Momentanément rebaptisée Mendialde durant la Révolution, la commune voit en pleine Terreur (1794) une partie de sa population arrêtée par le Comité de Salut public et internée durant plusieurs mois. Cette « mesure de sécurité », prise en représailles à la désertion d’un groupe de jeunes gens d’Itxassou, touche également plusieurs villages des environs et constitue un épisode dramatique particulièrement marquant de l’Histoire locale.

Commune pastorale à vocation agricole, Souraïde fait partie de la zone AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) autorisée à produire le piment d’Espelette. Son économie est en outre dynamisée par l’exploitation d’une carrière d’ophite et par la présence d’une entreprise agroalimentaire à forte activité.

Maintenant un certain équilibre démographique depuis le XVIIIe siècle, Souraïde profite des conséquences de l’essor de population qui touche les communes du littoral atlantique dans le dernier tiers du XXe siècle. Ainsi, entre les années 1960 et le début du XXIe siècle, le village double le nombre de ses habitants.

Le village de Souraïde fait aujourd’hui partie de la communauté de communes d’Errobi.


Commune

  • Nom des habitants : Souraidars
  • Superficie : 1686 hectares
  • Population : 1082 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    l’Amezpetuko erreka et l’Opalazioko erreka.

  • Origine du nom et description du blason :

    Les origines toponymiques de Souraïde demeurent obscures.


Informations pratiques

Mairie de Souraïde : 05.59.93.83.43


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Manex Goyhenetche (1995). Le Guide du Pays Basque, RIS, BibTeX.

Jean-Baptiste Orpustan (2006). Nouvelle Toponymie basque, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu

  • Cimetière à stèles discoïdales de Souraïde

    Le cimetière de Souraïde possède plusieurs stèles discoïdales. Les stèles discoïdales sont issues d’une tradition funéraire qui précède la (...)

    Pyrénées-Atlantiques - Souraïde
  • Église Saint-Jacques-le-Majeur

    Datant du XIIe siècle, l’église de Souraïde est dédiée à saint Jacques le Majeur.
    Située sur la voie du Batzan, Souraïde se développe durant le Moyen (...)

    Pyrénées-Atlantiques - Souraïde
  • Fronton de Souraïde

    À l’instar de la plupart des villages basques, Souraïde possède un fronton dédié à la pratique de la pelote basque.
    Ancrée dans la tradition et dans (...)

    Pyrénées-Atlantiques - Souraïde
  • Maison « Gostoro Elicaldea »

    Au centre de Souraïde près de l’église se trouve une remarquable maison qui porte l’inscription Gostoro Elicaldea .
    Se développant du fait de sa (...)

    Pyrénées-Atlantiques - Souraïde
  • Vierge à l’enfant de l’église Saint-Jacques-le-Majeur

    L’église Saint-Jacques-le-Majeur de Souraïde abrite une statue de la Vierge à l’enfant.
    La Vierge à l’enfant, également appelée « Madone », est un (...)

    Pyrénées-Atlantiques - Souraïde

Partager cette visite