Accueil > Pyrénées-Atlantiques > Béarn > Sauveterre-de-Béarn

Sauveterre-de-Béarn

Situé entre les gaves d’Oloron et de Mauléon et naturellement protégé par ses vallées, le site de Sauveterre-de-Béarn est très tôt considéré comme un lieu propice à l’élevage et au pâturage, mais aussi à la défense. L’importance et la prospérité de cette cité médiévale fortifiée tiennent aussi à son emplacement sur la route principale entre la France et l’Espagne.

Dès la période gallo-romaine, les axes de commerce et d’échanges se mettent en place à Sauveterre-de-Béarn. La présence de nombreux camps, dont le plus vaste est nommé castéra, le confirme. Les Romains exploitent cette situation stratégique et riche, ainsi que les nombreuses sources qui s’y écoulent.

À la frontière de la Navarre, Sauveterre doit se défendre lors de la formation de la vicomté de Béarn. La ville est fortifiée aux XIIe et XIIIe siècles, sous l’impulsion de Gaston VII Moncade. Le vicomte béarnais entend en effet défendre ses terres. C’est à cette époque que l’on érige l’église Saint-André, le château, la tour et la muraille. Sauveterre-de-Béarn est donc une éminente place forte au Moyen Âge.

À la fin du XVe siècle, lorsque les vicomtes de Béarn deviennent rois de Navarre et que Jeanne d’Albret impose la religion réformée au Béarn, le prestige de la cité s’accroît. Cependant, les conflits et les sièges entre Français et Espagnols se succèdent. Ces attaques, suivies des guerres de Religion, ravagent la cité. Elle voit alors disparaître une grande partie de ses monuments architecturaux, dont une pile du pont fortifié, emporté par le gave.

En 1606, Henri IV crée le siège de Sénéchal pour redonner vie à Sauveterre. Puis, sous Louis XIII, le culte catholique est rétabli.

Au fil des guerres, Sauveterre-de-Béarn est encore occupé par les troupes anglaises en 1814, puis par les Allemands lors de la Seconde Guerre mondiale.

Sauveterre-de-Béarn est l’une des villes d’Aquitaine qui conservent le plus de vestiges de fortifications de Moyen Âge. L’été, des visites y sont organisées pour découvrir les richesses architecturales de cette cité surnommée La perle du Béarn .


Commune

  • Nom des habitants : Sauveterriens, Sauveterriennes
  • Superficie : 1454 hectares
  • Population : 1464 habitants
  • Cours d'eau :

    le gave d’Oloron, l’Arrèc Héuré, l’Arrioutèque

  • Origine du nom et description du blason :

    L’étymologie de Salvaterra, attestée en 1235, indique que la cité est une sauveté d’après les termes latins salva , « sauve », et terra , « terre ». Une sauveté est une bourgade fondée à l’initiative des monastères pour servir de refuge aux fugitifs et aux errants.

    Quant aux armes de Sauveterre, elles sont de sinople, à la vache d’or clarinée et couronnée, au chef d’azur chargé d’une croix pattée d’argent.


Informations pratiques

Mairie de Sauveterre-de-Béarn : 05.59.38.50.17

http://graphikdesigns.free.fr/sauveterre-bearn.html

Office de tourisme de Sauveterre-de-Béarn : 05.59.38.32.86 ou 05.59.38.58.65

http://www.bearn-gaves.com/spip/rubrique.php3?id_rubrique=41


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Hubert Dutech (2003). Lo Noste Béarn, RIS, BibTeX.

Michel Grosclaude (2006). Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, RIS, BibTeX.

Prosper Minvielle (1923). Sauveterre-de-Béarn, essai historique, RIS, BibTeX.

Jean Bonnefous, Raoul Deloffre (1996). Dictionnaire des châteaux et fortifications des Pyrénées-Atlantiques, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite