Accueil > Lot-et-Garonne > Dropt > Sauvetat-du-Dropt (la)

Sauvetat-du-Dropt (la)

La ville de la Sauvetat-du-Dropt se développe considérablement au Moyen Âge suite à la fondation d’un monastère qui fixe la population sur le territoire.

Si le nom de la ville trouve son origine au Moyen Âge, le développement de la cité elle-même remonte à l’antiquité gallo-romaine. Aux environs d’Eymet, des urnes cinéraires et des sculptures tels que des statues d’empereurs romains, une tête de Jupiter et des aigles, sont retrouvés dans un cimetière. Aux lieux-dits de Boissec et d’Auriac, deux villas romaines sont également découvertes.

D’après les sources historiques, c’est vers le Ve ou VIe siècle que des prieurs viennent s’installer dans la région. Ils construisent un prieuré dont les fondations sont encore visibles sur l’actuelle « Place du Prieuré ». L’implantation de ce monastère et de son église fortifiée sur la rive droite du cours d’eau, ne manque pasd’attirer les habitants, mais aussi les étrangers venus se mettre sous la protection du droit d’asile.

La cité médiévale se développe progressivement avec son réseau de rues et son château fort. Au XIIIe siècle, la ville se dote de remparts, entourés d’un fossé inondable.

Par la suite, la cité de la Sauvetat devient l’une des principales places fortes de la province de Guyenne. Aux siècles suivants, la ville est victime des conflits qui opposent seigneurs anglais et français, avant de subir de plein fouet les guerres de Religion.

La ville de la Sauvetat-du-Dropt connaît un regain d’activité à la fin du XIXe siècle avec les progrès de la révolution industrielle, tels que le chemin de fer, qui dessert quotidiennement dans les deux sens Bordeaux, Marmande et Bergerac à raison de trois trains par jour de 1886 à 1953.

Galerie photo

La Sauvetat-de-Dropt (47) Maison Renaissance de l'avenue Grammont Église Saint-Germain, La Sauvetat-du-Dropt (47) Vue de la Sauvetat-du-Dropt

Commune

  • Nom des habitants : Sauvetais, Sauvetaises
  • Superficie : 1037 hectares
  • Population : 465 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    le Dropt

  • Origine du nom et description du blason :

    La Sauvetat, ou Salvetat, tire son nom du latin barbare salvitatem , qui signifie l’action de sauver, le salut, la sauveté. Ce vocable trouve son origine au Moyen Âge. Il s’applique généralement aux villes que l’on peut qualifier de villes de refuge. C’est seulement depuis la Révolution que la commune prend le nom de la Sauvetat-du-Dropt. Auparavant, elle était mentionnée sous le vocable de la Sauvetat-de-Caumont, du nom d’Armand Nompart-de-Caumont, Duc de la Force, Pair de France, seigneur de la Sauvetat au XIIIe siècle. Pour compléter ce panel des toponymes, ajoutons que la ville est parfois appelée la Sauvetat d’Eymet dans les textes anciens.


Informations pratiques

Mairie de la Sauvetat-du-Dropt : 05.53.83.03.27 / Office de tourisme de Miramont-de-Guyenne : 05.53.93.38.94


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

(1987). Dictionnaire d’Ambroise, RIS, BibTeX.
(1915). Fonds Durengues, RIS, BibTeX.
René Blanc La Sauvetat-du-Dropt au passé, RIS, BibTeX.
Brieuc Fages (1995). Carte archéologique de la Gaule, Lot-et-Garonne, RIS, BibTeX.
Antoine Aloy (1992). La Sauvetat-du-Dropt, RIS, BibTeX.
Jean Guillern (1990). La Sauvetat-du-Dropt d’hier à aujourd’hui, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite