Accueil > Gironde > Entre-deux-Mers > Saint-Sulpice-et-Cameyrac

Saint-Sulpice-et-Cameyrac

Avec de nombreux châteaux viticoles, plusieurs moulins et deux églises médiévales, entre autres, la commune de Saint-Sulpice-et-Cameyrac, située dans l’aire urbaine de Bordeaux, peut se féliciter d’avoir un riche patrimoine bâti.

Si des témoignages archéologiques attestent la présence de l’homme sur l’actuel territoire communal depuis la Préhistoire, ce n’est qu’à l’époque gallo-romaine qu’elle se densifie avec l’implantation de villas dans le voisinage de la voie antique reliant Bordeaux à Périgueux, qui traverse le sud du territoire dans le sens ouest-est.

Cet itinéraire, qui continue à être emprunté bien après la chute de l’Empire, figure toujours sur des cartes du XVIIIe siècle. À Cameyrac, le chemin dit "de la Reine" ou aujourd’hui encore route de Saint-Hubert, au tracé rectiligne, reprend peut-être son tracé.

La dédicace de la paroisse à saint Sulpice plaide en faveur d’une fondation dès le Haut Moyen Âge. Mais la période de conquête de nouvelles terres à défricher est à placer à la charnière des XIe et XIIe siècles, encouragée par les abbayes de Saint-Jean d’Angély et de Sainte-Croix de Bordeaux, alors détentrices de droits sur la paroisse.

La famille de Birac, mentionnée au XIIIe siècle, possède une motte castrale dans l’ancienne paroisse du même nom. Sur ce riche terroir, plusieurs maisons nobles sont établies et transformées à l’époque moderne en demeures d’agrément à la tête de domaines viticoles.

Appelée sous l’Ancien Régime Saint-Sulpice-du-Bernac, puis Saint-Sulpice-d’Izon au XIXe siècle, la commune est associée à celle de Cameyrac sous le Premier Empire, en 1812.

L’historien et archéologue girondin Léo Drouyn, figure régionale incontournable, voit le jour en 1816 au lieu-dit Le Gay où il passe son enfance. Il réalise dans la presqu’île de l’Entre-deux-Mers la genèse de son œuvre graphique.

Résidentielle et viticole, la commune de Saint-Sulpice-et-Cameyrac a aussi des atouts dans le domaine des loisirs, notamment avec son golf connu sous le nom de Golf de Bordeaux-Cameyrac.


Commune

  • Code postal : 33483
  • Nom des habitants : Saints-Sulpiciens, Saints-Sulpiciennes
  • Superficie : 150 hectares
  • Population : 3932 habitants (1999)
  • Origine du nom et description du blason :

    du nom de saint Sulpice, aumônier de Clothaire II qui devient évêque de Bourges en 624. Camayrac vient peut-être du nom de Cammarius, propriétaire d’un domaine à l’époque gallo-romaine.

    accompagné de la devise “ suis droit mon chemin ”, il symbolise la voie romaine qui traverse le territoire communal, le patrimoine architectural et la viticulture.


Informations pratiques

Mairie de Saint-Sulpice-et-Cameyrac : 05.56.30.84.13 - http://www.saintsulpiceetcameyrac.fr/

Office de tourisme de l’Entre-deux-Mers : 05.56.61.82.73 - http://tourisme.entredeuxmers.com/


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Marie-Hélène Maffre Inventaire du canton de Carbon-Blanc, RIS, BibTeX.

Yves Castex et Anne-Marie Trémolet (1999). Histoire de Carbon-Blanc, RIS, BibTeX.

Actes du 4e colloque tenu à Saint-Loubès, Lormont et Saint-Louis-de-Montferrand, octobre 1993 (1994). L’Entre-Deux-Mers à la recherche de son identité, RIS, BibTeX.

Denise Dumonteil et Bernard Prégat (1999). Saint-Sulpice et Cameyrac jadis, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite