Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Saint-Pierre-de-Frugie

Saint-Pierre-de-Frugie

À la limite du Périgord et du Limousin, Saint-Pierre-de-Frugie détient le plus haut point de Dordogne avec 478 mètres. Ce site privilégié au cœur de la forêt a attiré les hommes très tôt. La commune conserve ainsi un patrimoine riche, dont trois châteaux.

En 1976, lors d’un défrichement, dans la forêt de Vieillecour, on découvre au lieu-dit Bussin des fragments d’amphores et un tesson de céramique métallescente ainsi que des moellons de schiste taillés, témoignant de l’ancienneté d’occupation du site.

Mais, le village se développe à partir du Moyen Âge avec la construction de son église romane. Cet édifice appartient à l’origine à l’abbaye de Boschaud à Villars. Elle date en partie du XIIe siècle, cependant elle est profondément modifiée au XVIIe siècle. Elle renferme de superbes vitraux et une cuve baptismale du XIVe siècle. Les Arlot, seigneurs locaux y ont leur sépulture.

L’histoire de Saint-Pierre-de-Frugie est surtout liée à celle de ces trois châteaux. Dans le bourg, le château de Frugie offre un exemple de l’architecture militaire de la fin du XVIe siècle. Il succède à une bâtisse médiévale. Au nord, le château de Vieillecour, connu pour avoir accueilli Richard Coeur de Lion, domine la Valouze depuis le XVe siècle. Enfin, le château de Montcigoux est tristement célèbre à cause du fait divers qui s’y déroule à la fin du XIXe siècle et dont la littérature et la télévision se sont emparées.

La commune dispose également d’un réseau de cluzeaux et souterrains remarquables comme celui de Loubatour.

Saint-Pierre-de-Frugie a aujourd’hui la réputation d’être la commune qui possède le plus de cerfs, réintroduits par le département dans les années 1960. On peut les apercevoir lors de la période de brame qui s’étend de la mi-septembre à la mi-octobre.


Commune

  • Superficie : 2174 hectares
  • Population : 373 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    la Valouse

  • Origine du nom et description du blason :

    La première mention du nom du village, tardive, est une latinisation dont la seconde partie apparaît mystérieuse, Sanctus Petrus de fracto Jove en 1382, c’est-à-dire « Saint-Pierre de Jupiter fracte » ( fracto , de fractus , participe du latin frangere ). Parallèlement, on a pour Frugie : Ecclesia de Fracto Jove. On suppose que la première appellation, non comprise, est interprétée dans la traduction latine. Notons qu’en occitan le verbe frostir , « briser », se rattache au latin frangere . Les autres attestations du second élément sont Frégène au XVIe siècle et Freugène en 1616.


Informations pratiques

Mairie de Saint-Pierre-de-Frugie : 05.53.52.82.86


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Pierre-Henri Ribault de Laugardière (1992). “Monographie des villes et des cantons de Lanouaille et Jumilhac-Le-Grand”, RIS, BibTeX.

Collectif, sous la direction de Dominique Richard (1996). Guide Dordogne Périgord, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite