Accueil > Landes > Grandes Landes de Gascogne > Saint-Perdon

Saint-Perdon

A six kilomètres au sud de Mont-de-Marsan, baigné par la Midouze, le village de Saint-Perdon semble s’être développé dès le XIe siècle autour de la chapelle Saint-Orens, élevée à cette époque.

Au XIe siècle, Saint-Perdon dépend de l’abbaye de Pontaut. À cette même époque, la résidence du seigneur est construite sur une motte féodale dont la hauteur permet une surveillance aisée des alentours.

Comme beaucoup de paroisses de cette région, le village est touché par les guerres de Religion qui saccagent au XVIe siècle les églises de Saint-Perdon et Saint-Orens.

Des modifications concernant l’agencement des quartiers du village sont apportées au XIXe siècle. En effet, le 6 octobre 1822, le quartier de Campet est retiré du territoire de la commune et celui de Martiens le remplace.

Jusqu’au début du XXe siècle, la récolte de la résine est l’une des principales ressources économiques de Saint-Perdon. Mais la baisse de sa production oblige bientôt les agriculteurs à se tourner vers de nouvelles plantations, comme celle du maïs ou de l’asperge qui devient de plus en plus importante au cours du XIXe siècle.

La forêt communale des Landes est aussi l’une des ressources principales de la commune et permet de faire marcher la scierie, seule usine de Saint-Perdon. Son économie, d’abord basée sur l’exploitation des pins landais et de leur résine, est complétée par la suite par l’agriculture.

Chaque année se déroulent les fêtes du village qui accueillent une corrida de novillos, des courses landaises et de nombreuses autres manifestations dans les arènes André Ducourneau.


Commune

  • Nom des habitants : Saint-Perdonnais, Saint-Perdonnaises
  • Superficie : 3100 hectares
  • Population : 1293 habitants (2009)
  • Cours d'eau :

    la Midouze

  • Origine du nom et description du blason :

    Le nom de la commune a pour origine celui d’un saint : saint Pardou, qui fonde au VIIIe siècle une abbaye entre la Creuse et la Gartempe, près de Guéret, et la préserve des Sarrasins à la fin de sa vie.

    Le 6 février 1812, la commune est officiellement baptisée Saint-Perdon-et-Saint-Orens. Il faut attendre bien plus tard pour que les deux communes adjointes prennent leur indépendance.


Informations pratiques

Mairie de Saint-Perdon : 05.58.75.43.23

Office du tourisme de Mont-de-Marsan : 05.58.05.87.37

http://www.tourisme-montdemarsan.fr/


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

David Chabas (1970). Villes et villages des Landes, RIS, BibTeX.

Raoul Deloffre, Jean Bonnefous (2000). Églises, châteaux et fortifications des Landes méridionales du Moyen Âge à la Renaissance, RIS, BibTeX.

Serge Pacaud (2004). Patrimoine landais : Villages et Visages des Landes au début du XXe siècle, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu

  • Arènes André Ducourneau

    Sport traditionnel de la région, les courses landaises sont de véritables spectacles. Chacune d’entre elles est l’occasion d’organiser une fête. La (...)

    Landes - Saint-Perdon
  • Chapelle de Saint-Orens

    La chapelle primitive de Saint-Orens, située au bout d’une petite route au cœur des pins, est élevée au XIe siècle. Son architecture à chevet plat est (...)

    Landes - Saint-Perdon
  • Eglise de Saint-Perdon

    L’église de Saint-Perdon est une construction récente dont la silhouette se dresse au milieu du bourg.
    L’Eglise de Saint-Perdon est surtout connue (...)

    Landes - Saint-Perdon
  • Plaque commémorative de Saint-Perdon

    À la fin de la Première Guerre mondiale, particulièrement meurtrière pour la France, chaque commune décide d’ériger un monument à la mémoire de ses (...)

    Landes - Saint-Perdon

Partager cette visite