Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Saint-Paul-la-Roche

Saint-Paul-la-Roche

Saint-Paul-la-Roche est une commune marquée par l’implantation médiévale des Templiers qui y laissent de nombreux vestiges. D’autre part, la pierre blanche qu’on y trouve donne son nom au bourg et contribue à sa prospérité.

L’église de Saint-Paul-la-Roche, dédiée à saint Pierre et à saint Paul, est au coeur de l’histoire de la commune. En effet, elle appartient originellement à une commanderie de l’ordre de Malte ou de Saint-Jean-de-Jérusalem créée en 1099. Cette commanderie, dépendant ensuite de Condat, grand prieuré de Toulouse, subsiste jusqu’en 1793.

Aussi, les bâtiments d’une ancienne abbaye existent-ils encore, transformés en habitation particulière, à quelques encablures de la fontaine miraculeuse de Pont-Fermier.

Saint-Paul-la-Roche est en effet également réputé comme un lieu de dévotion important sous l’Ancien Régime. On accorde alors des pouvoirs guérisseurs aux fontaines des environs où l’on se rend en procession le jour de l’Ascension.

Au nord-ouest de Saint-Paul-La-Roche, sur la route de La Coquille, un piton rocheux d’un blanc intense s’élève comme un I d’une hauteur de 30 mètres. On envisage longtemps l’hypothèse de restes de la chute d’une météorite. Il s’agit en fait d’un filon dû à l’activité interne du globe terrestre. Sa silhouette domine alors une petite colline au-dessus de la vallée d’un affluent de l’Isle, la Rochille.

Au XIXe siècle, le rocher attire les fabricants limousins de porcelaine. Les pierres blanches sont tractées par des vaches tirant un char vers la gare de Combières. La marchandise part alors vers Saint-Yrieix et Marconiac afin d’y être concassée et transportée vers les usines de kaolin d’Aixe et du Dorat. L’extraction s’industrialise avec le temps et les Vandemarcq deviennent copropriétaires au cours du XXe siècle.

Dans les années 60, un traitement permet de rendre la roche pure à 99,9 %. La pureté du cristal de roche de Saint-Paul facilite la fabrication du verre, notamment optique.

En 1975, Saint-Paul-La-Roche connaît son heure de gloire. Effectivement, en dégageant le rocher à la mine, on met à jour une pyramide de cristal de roche de 4 mètres de hauteur et de 20 tonnes. Elle s’est cependant peu à peu effritée avec le temps.


Commune

  • Nom des habitants : Saint-Paulois, Saint-Pauloises
  • Superficie : 3922 hectares
  • Population : 551 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    l’Isle, la Valouse

  • Origine du nom et description du blason :

    Le nom de la commune est partiellement dû à la présence de cristal de quartz très pur sur son territoire. Le plus pur du monde selon certaines affirmations. Le schiste noir (Roche-Noire) et le quartz laiteux (Roche-Blanche) sont une des curiosités géologiques de la commune. On ne connaît pas l’origine exacte du nom, mais on sait qu’au départ il s’agit d’une ancienne paroisse connue sous les noms de Sanctus-Paulus-de Rupe (1382), Rupe Sancti Pauli (1373) et Saint-Paul-La-Roche (1672).


Informations pratiques

Mairie de Saint-Paul-la-Roche : 05.53.62.51.01

Office de tourisme de Jumilhac-le-Grand : 05.53.52.55.43

http://www.pays-jumilhac.fr/


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Pierre-Henri Ribault de Laugardière (1992). “Monographie des villes et des cantons de Lanouaille et Jumilhac-Le-Grand”, RIS, BibTeX.

F. Arbey (1975). “Le quartz de St-Paul-la-Roche”, in Le guide du collectionneur Juillet (édité par), Minéraux et fossiles, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite