Accueil > Dordogne > Périgord Blanc > Saint-Astier

Saint-Astier

La commune de Saint-Astier occupe une position stratégique dans la région, c’est pourquoi elle est occupée depuis longtemps. Plus tard, c’est la venue sur ses terres d’un saint local qui donne véritablement naissance à un village.

L’occupation du site de Saint-Astier remonte au Néolithique. Cependant, l’occupation gallo-romaine est la mieux documentée, car elle est avérée par plusieurs découvertes de vestiges au XIXe siècle. Ils se trouvent à différents endroits de la commune, notamment près du château Puyferrat. Certains d’entre eux sont conservés au musée du Périgord.

La création de la ville de Saint-Astier est liée au culte du saint éponyme. Tout d’abord, il y a l’ermitage du saint, puis c’est un monastère qui est créé par saint Astier et ses disciples. Ainsi, c’est autours de ce monastère, sur la plaine, près de la rivière de l’Isle qu’est fondée la commune de Saint-Astier. La ville croît au fil des siècles. Par ailleurs, elle s’illustre par sa position stratégique lors des conflits qui ravagent la région et la France.

Aujourd’hui, la ville conserve un certain nombre de témoins de son passé comme la chapelle des bois, son église, des maisons à colombage, ou des châteaux. Saint-Astier est également connu pour son Centre d’Entraînement des Forces de la Gendarmerie.

Galerie photo

Saint-Astier (24) Saint-Astier (24) Mairie de Saint-Astier (24) Saint-Astier (24) Saint-Astier (24) Centre culturel et cinéma La Fabrique, Saint-Astier (24) Saint-Astier (24) Saint-Astier (24)

Commune

  • Nom des habitants : Astériens, Astériennes
  • Superficie : 3425 hectares
  • Population : 5485 habitants (2006)
  • Cours d'eau :

    le canal dérivation de l’Isle

  • Origine du nom et description du blason :

    Le nom de la commune vient du saint Asterius. En effet, à la fin du VIe siècle et au début du VIIe siècle, Asterius fait son ermitage au bord de la rivière, dans une grotte. La légende raconte qu’une princesse guérie par Asterius fait construire une petite église. Néanmoins, le nom de Sanctus Asterius est attesté en 1013. L’autre origine du nom est liée à l’église romane : Capella Sancti Asterii.

    Le blason de Saint-Astier est fait d’une cloche d’or sur fond rouge.


Informations pratiques

Mairie de Saint-Astier : 05.53.02.42.80

http://www.saint-astier.fr

Office de tourisme de Saint-Astier : 05.53.54.13.85


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Chantal Tanet et Tristan Hordé (2000). Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, RIS, BibTeX.
Hervé Gaillard (1997). Carte archéologique de la Gaule, la Dordogne, RIS, BibTeX.
Valéry d’Amboise Dictionnaire d’Amboise, Aquitaine, RIS, BibTeX.
, Site de la ville de Saint-Astier. Au coeur du Périgord blanc., RIS, BibTeX.
Collectif (1996). “Périgord Dordogne”, in Éditions Pierre Fanlac (édité par), Le Guide, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite