Accueil > Gironde > Haute-Gironde > Saint-André-de-Cubzac

Saint-André-de-Cubzac

En partie établie sur un coteau dominant la Dordogne, Saint-André-de-Cubzac est une commune viticole marquée depuis le Moyen Âge par son emplacement de carrefour commercial. Par ailleurs, elle abrite l’un des plus importants châteaux classiques de la région.

Les premières traces de peuplement du site de Saint-André-de-Cubzac remontent au Néolithique. Plus tard, à l’époque gallo-romaine, on observe une implantation à l’emplacement actuel de l’ancien couvent des Cordeliers. Sont également trouvées des vestiges d’une nécropole mérovingienne.

À partir du XIIe siècle, la population s’installe autour de la première partie de l’église, fondée par l’abbaye de La Sauve-Majeure qui fonde en ces lieux un prieuré bénédictin.

À la suite de la désertion du château des Quatre Fils Aymon à Cubzac-les-Ponts, au XVe siècle, les seigneurs de la châtellenie se fixent définitivement à Saint-André-de-Cubzac. Au XVIe siècle, au moins deux châteaux y sont d’ailleurs signalés. Il s’agit de l’actuel manoir de Robillard, toujours visible ainsi que le château construit à l’emplacement de l’actuel château "royal" du Bouilh, détruit à la fin du XVIIIe siècle.

Une nouvelle implantation religieuse est observée au début du XVIIe siècle, avec la fondation d’un couvent de cordeliers, comportant une église dédiée à saint Étienne, des bâtiments conventuels et un cloître d’ailleurs subsistant.

Quant au XVIIIe siècle, il est marqué par un chantier très important. En effet, le dernier seigneur de la région, le marquis de La Tour du Pin, décide d’édifier un château digne de recevoir le roi, le château du Bouilh. Son grandiose projet confié à l’architecte Victor Louis, quoique resté inachevé, laisse à la ville un "palais" néo-classique remarquable par son ampleur et son architecture.

Par ailleurs, la ville devenue dès le XIIIe siècle un carrefour commercial d’importance, lui assurant un développement considérable, continue son expansion au XIXe siècle. Elle est le siège de nombreux marchés grâce aux halles construites par le marquis de La Tour du Pin. Elle est également dotée d’un port, qui figure longtemps parmi les deux plus importants pour la pêche à l’esturgeon de l’estuaire.

Aussi, en 1911, l’École normale d’instituteurs est-elle installée à Saint-André-de-Cubzac. Elle y reste jusqu’en 1939. Enfin, à la même époque, la ville voit la naissance, en 1910, d’une de ses plus célèbres enfants, celui qui deviendra le Commandant Cousteau.

La ville dispose aujourd’hui sur la Dordogne d’un port de plaisance et d’une halte nautique. Elle reste en outre, un important territoire viticole et produit des vins sous l’appellation Bordeaux supérieurs. Il est à noter que Saint-André-de-Cubzac est établie sur le 45e parallèle, marqué par une stèle.


Commune

  • Code postal : 33366
  • Nom des habitants : les Cubzaguais, Cubzaguaises
  • Superficie : 2320 hectares
  • Population : 7234 habitants (1999)

Informations pratiques

Mairie de Saint-André-de-Cubzac : 05.57.45.10.10

Office de tourisme du canton de Saint-André-de-Cubzac : 05.57.43.64.80


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

(1904-1912). Le Cubzaguais, RIS, BibTeX.

Office de tourisme du Cubzaguais (2000). Dis-moi, c’était comment le Cubzaguais il y a cent ans ?, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite