Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac

Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac

Située près de la forêt Barade, la commune de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac s’étend sur l’une des collines les plus élevées du Périgord Noir. Depuis la Préhistoire, cette position en hauteur permet aux occupants du site de surveiller les environs et constitue donc un lieu hautement stratégique.

La présence humaine sur le site remonte aux temps préhistoriques. La grotte de Rouffignac, appelée la Grotte aux Cent Mammouths, est l’une des plus célèbres de la région. Des peintures pariétales datant de 11 000 avant J.-C. recouvrent ses parois. De plus, au lieu-dit Tout Vent, l’aménagement d’un chemin permet la découverte en 1980 de deux sarcophages non datés contenant des ossements.

Le village de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac connaît les vicissitudes de l’histoire du Périgord, de la guerre de Cent Ans aux guerres de Religion. Le XVe siècle voit la construction du château de l’Herm par Jean de Calvimont, seigneur des lieux. C’est le début d’une succession de meurtres et de morts violentes qui durera jusqu’au milieu du XVIIe siècle. Le château sera abandonné à partir de l’année 1862.

L’épisode le plus tragique de l’histoire du village a lieu le 31 mars 1944. Le bourg subit une pluie de bombes incendiaires. La quasi-totalité de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac est détruite. Seules l’église d’époque Renaissance et quelques maisons voisines échappent aux flammes. La reconstruction du village se fait dès 1948.

Les communes de Saint-Cernin-de-Reilhac et Rouffignac fusionnent en 1973 sous le nom de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac.

La commune de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac attire les touristes venus visiter la grotte de Rouffignac et le château de l’Herm, où Eugène Le Roy place le cadre de son célèbre roman Jacquou Le Croquant .


Commune

  • Nom des habitants : Rouffignacois, Rouffignacoises
  • Superficie : 5990 hectares
  • Population : 1583 habitants (2004)
  • Cours d'eau :

    la Vézère

  • Origine du nom et description du blason :

    On note Roffinhac en 1335, puis Roffignac en 1714, - nh et - gn étant équivalents. Il a pour origine le nom d’un personnage gallo-roman, Ruffinius , suivi de - acum . Dès 1273, on trouve Saint-Cernin-de-Reilhac sous la forme latinisée Sanctus Saturninus , puis Sanctus Saturninus de Relhaco en 1380. Au XVIIe siècle, Saturninus devient Sernin ou également Cernin. C’est un nom courant en Périgord. Le nom de Reilhac apparaît dès 1160 sous la forme de Reliacum , puis Reliac et Relhac au XIIIe siècle. À cette époque c’est une châtellenie réunissant Saint-Cernin-de-Reillac et Saint-Félix-de-Reilhac. Reilhac est d’origine gauloise, Regulius , suivi de – acum . Il existe un Reillac dans le Lot et un Reuillac dans le Tarn.


Informations pratiques

Mairie de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac : 05.53.05.46.46

mairie.rouffignac@wanadoo.fr

Office de tourisme Terre de Cro Magnon : 05.53.06.97.05

http://www.tourisme-terredecromagnon.fr


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Chantal Tanet et Thierry Hordé (2000). Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, RIS, BibTeX.

Hervé Gaillard (1997). Carte archéologique de la Gaule, la Dordogne, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite