Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Brantôme > Église abbatiale > Reliques de saint Sicaire de l’église abbatiale

Reliques de saint Sicaire de l’église abbatiale

L’abbaye de Brantôme est fondée sous l’autorité de Charlemagne en 769. C’est d’ailleurs ce dernier qui y dépose les reliques de saint Sicaire, un des saints innocents massacrés sur ordre du roi Hérode après la naissance de Jésus à Bethléem.

On raconte que le corps de ce petit enfant est donné à Pépin le Bref par le pape de Rome Étienne II. Charlemagne, fils de ce dernier, porte cette relique avec lui durant les combats et lui attribue la plupart de ses victoires. Lorsque, devenu empereur, il dote d’une église le monastère bénédictin de Brantôme, il y dépose les ossements de saint Sicaire.

Le culte de ce saint devient très vite florissant et ses précieuses reliques font l’objet de grandes vénérations populaires. On donne d’ailleurs fréquemment le nom de Sicaire aux garçons, Sicarie aux filles.

À Brantôme a d’ailleurs lieu une grande procession en l’honneur du saint le 2 mai de chaque année.

Au moment de la Révolution, les ossements sont protégés par la bienveillance du serrurier Martel, qui les dissimule chez lui. Sa petite nièce, Marie Bonnefont, les rend à l’église et, entre 1887 et 1888, on procède à des analyses afin de vérifier l’authenticité de ces reliques.

Depuis 1888, les reliques de saint Sicaire se trouvent dans une châsse en cuivre doré réalisée par Victor Lambinet, orfèvre à Bordeaux.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

M. Duché Brantôme à jamais, RIS, BibTeX.

(1985). Pèlerinage en Périgord, le culte de Marie et des saints, RIS, BibTeX.


Partager cette visite