Accueil > Landes > Grandes Landes de Gascogne > Pujo-le-Plan

Pujo-le-Plan

La commune de Pujo-le-Plan est à l’origine deux paroisses distinctes. La paroisse du Plan se développe au Moyen Âge tandis que Pujo connaît une occupation humaine dès l’Antiquité. Aujourd’hui, la commune vit principalement de ses activités agricoles et viticoles.

Les Landes n’échappent pas à la romanisation de l’Aquitaine. Des recherches témoignent d’une forte concentration de vestiges de constructions antiques datant probablement du IVe siècle ou du début du Ve siècle en Bas Armagnac et le long de l’Adour. Cela s’explique par le fait que la région est située sur des sols argilosablonneux et fertiles, propices aux cultures.

Dès le XIXe siècle, des fouilles effectuées au lieu-dit Les Bignoulets attestent la présence de vestiges gallo-romains. Des morceaux de mosaïques sont découverts dans le chevet de l’église Saint-Martin ainsi que des tuiles romaines et quatre fûts de colonne.

En effet, le relief de Pujo, traversé par le Ludon, affluent du Midou, conditionne l’occupation humaine dès le IIIe siècle. Par ailleurs, en 1977, au lieu-dit Larraguet, douze mille pièces de monnaie, qui paraissent dater de cette même époque, ont été découvertes.

Au XIe siècle, Pujo-le-Plan fait partie de la vicomté de Juliac et acquiert ainsi une grande importance. Au XIIIe siècle, Pujo-le-Plan devient chef-lieu d’archiprêtré. La paroisse devient un centre administratif et religieux.

À cette époque, la résidence des évêques d’Aire-sur-l’Adour se trouve au Plan. De même, le seigneur de Pujo fait édifier un château en 1274, ce qui atteste le dynamisme et l’importance de la commune à cette époque.

À plusieurs reprises, le palais épiscopal est attaqué : en 1331, puis en 1569 par les troupes de Montgomery qui sévissent dans les Landes durant les guerres de Religion et n’épargnent pas Pujo-le-Plan.

D’un point de vue économique, la commune vit essentiellement d’une agriculture traditionnelle, cultivant le maïs et les blés. Les sols de sable et d’argile se prêtent particulièrement à l’installation de vignobles.

Au début du XXe siècle, Pujo-le-Plan, au milieu d’un site boisé, se tourne vers l’industrie du bois et la production de l’eau-de-vie d’armagnac, comme de nombreuses communes aux alentours.

Les deux paroisses du Plan et de Pujo, distantes de 1,5 kilomètre, sont rattachées l’une à l’autre en 1819.


Commune

  • Nom des habitants : Pujolais, Pujolaises
  • Superficie : 18200 hectares
  • Population : 555 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    le Ludon

  • Origine du nom et description du blason :

    Pouy (ou puy), dont est issu Pujo, désigne à l’époque antique des lieux situés sur des hauteurs. Par opposition à Pujo, Le Plan tire son nom d’un endroit plat.


Informations pratiques

Mairie de Pujo-le-Plan : 05.58.03.22.75

Office du tourisme de Villeneuve-de-Marsan : 05.58.45.80.90


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Sous dir. Serge Lerat (1984). Landes et Chalosses, RIS, BibTeX.

F.-J. Bourdeau (1992). Département des Landes, RIS, BibTeX.

David Chabas (1970). Villes et villages des Landes, RIS, BibTeX.

Bénédicte Boyrie-Fénié (1995). Carte archéologique de la Gaule, Landes, RIS, BibTeX.

(1978). Répertoire des vestiges archéologiques découverts dans le département des Landes, RIS, BibTeX.

Serge Pacaud (2004). Patrimoine landais : Villages et Visages des Landes au début du XXe siècle, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite