Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Beynac-et-Cazenac > Porte Veuve

Porte Veuve

Le bourg de Beynac est protégé, au Moyen Âge, par un château fort et une enceinte fortifiée. La porte Veuve est l’une des quatre portes percées dans cette enceinte.

La cité de Beynac, telle qu’on la connaît aujourd’hui, s’est constituée principalement au XIIe siècle, époque à laquelle elle possède déjà son église paroissiale, son château (une tour carrée) et une enceinte fortifiée. Un mur de la première enceinte subsiste à la sortie de la porte de la Veuve à droite.

L’enceinte de la cité s’est peu à peu construite autour des cinq quartiers de la ville (appelés aussi barris) : le barry del Port, au pied de la falaise, sur la rive du fleuve ; le barry de la Balme, avant d’entrer dans le bourg ; le barry del Pont, en montant vers le centre de Beynac ; le barry de la Cafourque, au centre du village, autour de l’église paroissiale Saint-Jacques ; le barry des Boines, en remontant vers le château.

La porte la plus ancienne du village, et sans doute aussi la plus importante, est la porte des Boines ou porte des Bornes, dans le barry des Boines. Elle marque les limites entre le bourg et le château. Elle est murée au XVIIe siècle, suite aux travaux effectués sur le château. Elle est située dans le même quartier que la porte Veuve. Celle-ci marque les limites du bourg avec l’extérieur. De cette porte, l’enceinte se prolonge jusqu’à la porte de Selve, dans le barry de la Cafourque. Dominant le ruisseau del Soucy ( selve signifie « point d’eau »), la porte de Selve contrôle l’accès au village sur sa partie nord. La partie sud est protégée par la porte de la Balme, dans le barry du même nom. Cette dernière subsiste jusqu’au XIXe siècle ; il n’en reste plus de nos jours que les traces de son ogive.

La porte Veuve est la porte la mieux conservée de l’ancien rempart médiéval de Beynac. Son nom actuel (on ne connaît pas son nom d’origine) provient de la suppression au XVIIIe siècle du poste de garde qui la flanquait.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Pierre Couffinhal (2003). Beynac en Périgord, un village, un castel, un fleuve..., RIS, BibTeX.


Partager cette visite