Accueil > Pyrénées-Atlantiques > Béarn > Pontacq

Pontacq

Chef-lieu d’un canton de la vallée de l’Ousse, le gros bourg de Pontacq s’étend sur un plateau verdoyant à la frontière de la Bigorre. Cette position géographique lui vaut d’être une place forte stratégique durant tout le Moyen Âge, fonction dont attestent aujourd’hui sa motte féodale, sa tour poterne ou encore ses imposantes maisons nobles.

D’origine gallo-romaine, Pontacq compte de nombreux vestiges. Plusieurs tumuli furent en effet découverts sur le territoire de la commune, témoignant d’une présence humaine très ancienne en ces lieux.

Lors du recensement de 1385, on distingue les 80 habitations situées à l’extérieur de l’enceinte qui entoure la commune des 30 foyers abrités à l’intérieur. En effet, il y avait à Pontacq deux parties distinctes : un réduit fortifié autour de la motte féodale et du château des vicomtes du Béarn, cité en 1286 et dont il ne reste rien aujourd’hui ; ainsi qu’une autre enceinte rectangulaire entourant le bourg. Plusieurs portes fortifiées existaient pour pénétrer dans cet ensemble.

Une belle tour-poterne du XVIe siècle, haute de vingt mètres, réunit ces deux enceintes. Elle témoigne de la construction précoce des fortifications à Pontacq, édifiées sous le règne de Gaston IV.

Pontacq se distingue en outre par l’absence de seigneur durant l’Ancien Régime. En effet, seul un abbé laïque exerce son autorité sur la ville directement placée sous la seigneurie du roi. Cette situation peut sembler avantageuse, pourtant elle empêche les Pontacquais d’avoir un représentant aux États de Béarn.

En outre, Pontacq subit de violentes mises à sac en 1569 par les troupes catholiques menées par Montgomery, et en 1592 par les troupes protestantes. Ces attaques furent suivies par une succession de catastrophes naturelles - épidémies, inondations - qui fragilisèrent considérablement la commune.

Cependant, au XVIIIe siècle, la situation s’améliora quelque peu grâce au développement de nouvelles activités, dont l’industrie textile, suivie du tannage de peau et de la teinturerie au siècle suivant.

Au début du XXe siècle, Pontacq est nommée capitale pyrénéenne de la chaussure. Le bourg conserve deux usines de fabrication de ce type et compte aujourd’hui environ 3000 habitants. Son dynamisme bénéficie de la proximité géographique avec l’agglomération paloise.


Commune

  • Nom des habitants : Pontaquais, Pontaquaises
  • Superficie : 2885 hectares
  • Population : 2611 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    l’Ousse

  • Origine du nom et description du blason :

    La ville de Pontacq fut sans doute à l’origine le domaine de Pontius , ainsi que son nom l’indique. Elle doit son blason « rouge orné d’une oie blanche » à la résistance qu’opposèrent les Pontacquais aux invasions protestante puis catholique au XVIe siècle. À l’image des oies du Capitole qui criaient pour avertir du danger, en 1592, Pontacq évita une nouvelle invasion au Béarn.


Informations pratiques

Mairie de Pontacq : 05 59 53 50 05

Office de tourisme de Pau : 05 59 81 15 98


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Michel Grosclaude (2006). Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, RIS, BibTeX.

Hubert Dutech (2003). Lo Noste Béarn, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite