Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Nontron > Mairie de Nontron > Plaque commémorative dans la mairie

Plaque commémorative dans la mairie

En plus d’un cadre commémorant la Première Guerre mondiale, la mairie de Nontron compte également deux plaques en souvenir de la Seconde Guerre mondiale.

Sur celle de gauche, on peut lire, sous une croix de Lorraine, « 1940-1945 les expulsés lorrains de Vahl-les-Benestroff Nebinc et Mondidier (Moselle), la communauté israélite, les Alsaciens-Lorrains réfugiés à la ville de Nontron reconnaissante ». L’évacuation des Alsaciens-Lorrains, après les avancées des troupes allemandes, a lieu essentiellement à la mi-1940. Choisie pour être le lieu de refuge des Strasbourgeois, la Dordogne devient le département qui reçoit le plus de réfugiés. En août 1940, elle en compte 226000 venant de tous le pays et même des pays frontaliers de la France, tels que la Belgique ou le Luxembourg. Ces nouveaux arrivants nécessitent la création de logements et certains voient le jour à Nontron.

Sur la seconde plaque, figure le texte suivant, surmonté d’une croix de Lorraine dans un V, celui de la victoire « le 06-06-1944 Nontron fut libéré par la Résistance unie. L’ennemi ne put le reprendre. Français souviens toi ». Après la défaite, la Résistance est rapidement organisée en Dordogne : groupes de Résistance, FTP et maquis se multiplient. Le 6 juin 1944, jour du débarquement allié en Normandie, Nontron est libérée. Considérée comme la « capitale du maquis » par Vichy, la ville est l’objet d’une bataille importante en juillet suivant, dont les Allemands sortent perdants.

Ces deux plaques, dans la mairie de Nontron, appellent au souvenir de la Deuxième Guerre mondiale, entre accueil des réfugiés et Résistance à l’occupant.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Martial Faucon (2006). Francs-tireurs et partisans français en Dordogne, RIS, BibTeX.

Bernard Reviriego (2003). Les Juifs en Dordogne 1939-1944, RIS, BibTeX.


Partager cette visite