Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Marcillac-Saint-Quentin > Pigeonnier de Marcillac-Saint-Quentin

Pigeonnier de Marcillac-Saint-Quentin

La diversité des formes des pigeonniers fait de chacun d’entre eux un élément particulier dans le paysage périgourdin. La commune de Marcillac-Saint-Quentin en possède un bel exemple.

Situé sur une ancienne propriété agricole de la commune, ce pigeonnier date probablement du Moyen Age. A cette période, l’élevage du pigeon est un privilège nobiliaire, seuls les seigneurs peuvent posséder un colombier. Comme souvent, il est élevé loin des habitations.

Ce pigeonnier est dit "à pied", car en forme de tour. La tour est ici de base carrée. Il possède un rez-de-chaussée servant de remise. En haut, la volière est surmontée d’un toit à quatre pans recouvert de lauze, matériau traditionnel dans le Sarladais. Elle est surmontée d’un épis de faîtage qui joue un rôle plus symbolique qu’utilitaire : il est là pour signifier la prospérité, le pigeonnier étant l’un des éléments les plus importants de la ferme.

On aperçoit plusieurs trous d’envol qui permettent aux pigeons d’entrer et sortir de la volière. On remarque leur petite taille qui permet d’éviter l’invasion des oiseaux prédateurs. Sous chacune des grilles d’envol, on peut apercevoir une petite plateforme permettant aux pigeons de se poser.

Aujourd’hui, le pigeonnier de Marcillac-Saint-Quentin n’est plus utilisé, comme un grand nombre de ces constructions. Il est cependant en bon état de conservation et il reste une des grandes caractéristiques architecturales du Périgord.


Patrimoine


Informations pratiques

Ce pigonnier ne se visite pas.


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Annick Stein (1991). La maison dans sa région, Périgord-Quercy, RIS, BibTeX.

Dominique Letellier (1991). Pigeonniers de France : histoire économique et sociale, technique architecturale, conseils de restauration, RIS, BibTeX.


Partager cette visite