Accueil > Lot-et-Garonne > Vallée du Lot > Penne-d’Agenais

Penne-d’Agenais

Depuis la constitution de l’ancien bourg castral, le développement de Penne d’Agenais est constant. En plus de ses maisons fortes et maisons de maître des XIIIe et XVIe siècles, la commune possède un grand nombre de moulins et d’églises paroissiales. Cette richesse patrimoniale traduit l’augmentation constante de la population depuis le Moyen Âge.

La découverte des vestiges de nombreuses villas, notamment à Magnac, confirme une occupation du sol dès l’Antiquité.

L’une des premières sources écrites connues concernant l’histoire de Penne-d’Agenais est un contrat de mariage datant de la fin du XIIe siècle. Par ce contrat, le domaine est attesté propriété de Raimond VI, comte de Toulouse. Celui-ci étant impliqué dans la guerre contre les Albigeois, il entraîne le siège de Penne et de son château par Simon de Montfort, en juin 1212.

Après avoir été aux mains de différents propriétaires anglais et français, la cité revient dans le giron anglais d’Édouard Ier. Place anglaise, Penne doit résister aux assauts français lors de la guerre de Cent Ans. Comme de nombreuses places fortes édifiées aux alentours, elle est sans cesse assiégée, notamment par Duguesclin. Les Français finissent par l’emporter grâce au soutien militaire d’un seigneur voisin, Arnaud de Lustrac.

Les guerres de Religion n’épargnent pas non plus Penne. Passée au camp protestant au début de l’année 1562, elle est assiégée par Monluc qui s’en empare en août 1562.

Malgré quelques pillages subis pendant la Fronde, Penne-d’Agenais, considérée comme la clé du duché de Guyenne, connaît ensuite des périodes d’accalmie et peut se développer, notamment autour de son port.

En 1839, la section de Trentels est détachée de la commune, puis en 1853, c’est au tour de celle de Saint-Sylvestre d’obtenir son indépendance.

La polyculture reste de mise à Penne d’Agenais même si la prune, qui donne le pruneau d’Agen, demeure l’essentiel de la production.


Commune

  • Nom des habitants : Pennois, Pennoises
  • Superficie : 4671 hectares
  • Population : 2330 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    Le Boudouyssou

  • Origine du nom et description du blason :

    Le nom de Penne-d’Agenais vient du terme pena qui signifie « crête ». Ses armoiries présentent un château, symbole de ville fortifiée, la croix des comtes de Toulouse et des tours. Enfin, la présence d’une coquille évoque l’emplacement de la ville sur le chemin menant à Saint-Jacques-de-Compostelle.


Informations pratiques

Mairie de Penne d’Agenais : 05.53.36.25.25

site de la ville : www.ville-pennedagenais.fr

Office de tourisme de Penne d’Agenais : 05.53.41.37.80, www.penne-tourisme.com


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Brieuc Fages (1995). Carte archéologique de la Gaule, le Lot-et-Garonne, RIS, BibTeX.

Marcel Garrouste (2000). Penne-d’Agenais : cité royale de Guyenne, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite