Accueil > Gironde > Entre-deux-Mers > Pellegrue

Pellegrue

Avec sa bastide du XIIIe siècle, ses nombreux châteaux et son patrimoine religieux de qualité, Pellegrue est une petite cité de caractère.

Les fouilles menées sur le site de l’église paroissiale permettent la mise au jour de vestiges gallo-romains et mérovingiens, qui attestent de la permanence d’une occupation humaine.

Un centre religieux, dépendant de l’abbaye de Saint-Florent de Saumur, est cité dans un document en 1082. La mention "Pela Grua" figure alors dans l’acte de donation par lequel l’évêque Raymond de Bazas donne l’église à l’abbaye saumuroise.

Le bourg se développe autour de l’église, construite au XIIe siècle, et un château, désigné dans les documents par le terme castrum, est attesté pour la première fois en 1242.

En 1272, une partie des droits de justice de Pellegrue est cédée à Henri III, roi d’Angleterre, afin qu’il fonde une bastide. Une dizaine d’années plus tard, Édouard Ier accorde une charte de coutumes à la ville. Contrairement à certaines bastides girondines créées de toutes pièces, celle de Pellegrue est fondée au nord du bourg castral existant.

Selon Froissart, la ville est assiégée en 1345, durant la Guerre de Cent ans, par les Anglais qui veulent reprendre Pellegrue aux Français.

Au XVIe siècle, un important centre huguenot se développe dans la ville et, dès 1559, un temple est construit. Il est détruit en 1685 lors de la révocation de l’édit de Nantes.

Durant la Révolution, la commune de Pellegrue dans sa forme actuelle est créée, intégrant le territoire d’anciennes paroisses qui lui sont rattachées : Génas, Saint-Laurent, Vignolles et La Reyre, ainsi que Bouffiagues.

Pellegrue est une commune de taille moyenne, dotée d’une activité viticole mais aussi commerciale. Sa bastide en fait un centre touristique apprécié dans la région.


Commune

  • Code postal : 33316
  • Nom des habitants : les Pellegruens, Pellegruennes
  • Superficie : 3802 hectares
  • Population : 979 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    la Durèze

  • Origine du nom et description du blason :

    Le nom de la commune vient de pela et du latin grus , « grue », « pillé, occupé par les grues » ou, peut-être du latin pala , « pelle, bêche », et grus , « grue », l’oiseau migrateur traversant tous les ans le bourg. La région a, en outre, été un lieu de stationnement pour les grues. Sur le blason, la grue dort sur une patte, tenant une veille, ou pierre, de l’autre. Si l’oiseau laisse tomber la pierre, celle-ci la réveille. La grue est liée à l’histoire du bourg. Selon une légende, pendant une nuit, des ennemis tentent d’attaquer le village par surprise. En traversant les marais entourant le bourg, ils réveillent des grues qui s’y sont arrêtées pour se reposer. Surprises, elles s’envolent en poussant des cris. Réveillant la garde, elles donnent l’alarme, et le village est sauvé.


Informations pratiques

Mairie de Pellegrue : 05.56.61.30.21

Office de tourisme de l’Entre-deux-Mers - antenne de Pellegrue : 05.56.61.37.80


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Jean Valette (1978). “La situation religieuse de l’archiprêtré de Pellegrue en 1765”, in Imprimerie Libournaise nº 169, Libourne (édité par), Revue historique et archéologique du Libournais, RIS, BibTeX.

MM. Fenet et fils (1888). Atlas du département de la Gironde, sur délibération du conseil général de Gironde du 23 août 1875, RIS, BibTeX.

F. Jouanat (1992). Département de la Gironde : Histoire et topographie,, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite