Accueil > Dordogne > Périgord Blanc > Chancelade > Église abbatiale de Chancelade > Peintures murales du mur sud de la nef de l’église abbatiale de (...)

Peintures murales du mur sud de la nef de l’église abbatiale de Chancelade

Les peintures murales du mur sud de la nef de l’église abbatiale de Chancelade, bien qu’endommagées, évoquent des personnages en armes.

Au XIVe siècle, l’église abbatiale de Chancelade reçoit des décors peints. Sur le mur sud de la nef, au niveau de la troisième travée, on peut découvrir des peintures murales qui ont subi des dégradations les rendant difficilement lisibles. Ainsi, les visages des personnages ont disparu ce qui empêche de donner la date exacte de leur réalisation. Néanmoins, les spécialistes pensent qu’elles ont été peintes avant le percement de la baie du XIVe siècle.

En effet, trois baies sont percées dans ce mur. Celle du milieu date de l’époque romane et celle se trouvant à l’est, de forme rectangulaire, est ouverte au XIVe siècle. Les peintures se trouvent entre ces deux ouvertures. Les dommages qu’elles ont subis sont dus au percement de la baie rectangulaire. À ce moment, la tête et les pieds des personnages disparaissent.

Ces peinture de l’église abbatiale représentent des hommes d’armes vêtus de tuniques et dont les jambes sont protégées par des jambières. Devant eux sont placés deux personnages, l’un debout et l’autre à genoux, tous deux vêtus à l’identique. Les corps sont soulignés par un trait noir, ce qui accentue le rendu métallique des jambières figurées par un trait noir sur fond blanc.

Il pourrait s’agir d’hommes d’Église. Certains iconographes ont avancé que ce décor représente l’assassinat de Thomas Beckett, archevêque de Cantorbéry au XIIe siècle. En effet, un des autels de l’église lui est dédié. Cependant, l’absence de visages ne permet pas de l’affirmer.

Ces peintures font face à d’autres peintures situées sur le mur nord de la nef de l’église abbatiale de Chancelade.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Michelle Gaborit (2002). Des hystoires et des couleurs, peintures médiévales en Aquitaine, RIS, BibTeX.


Partager cette visite