Accueil > Gironde > Entre-deux-Mers > Paillet

Paillet

Située au bord de la Garonne, et donc lieu de passage de tout temps, la commune de Paillet possède un riche patrimoine, religieux, castral et archéologique.

En 1846, la découverte de vestiges d’une villa gallo-romaine, au lieu-dit Manselin, ou Mancelin, atteste l’occupation ancienne du territoire. Des tuiles à rebords, des débris de mosaïques, deux pièces de monnaie des empereurs Gratien et Antonin, et des vases en poterie et en verre colorié sont mis au jour.

L’église paroissiale initiale est construite au XIIe siècle, à la même époque que la chapelle Sainte-Catherine, attenante à un prieuré rattaché au prieuré de Saint-Jean-de-Campagne de Rions. À l’origine, ce site est un ermitage choisi par l’abbé de La Sauve-Majeure pour sa retraite.

En 1277, Guillaume Seurin possède un vaste domaine s’étendant de la forteresse de Riom jusqu’à l’Artolie. Une carte cadastrale mentionne la présence d’un lieu-dit La Motte, comprenant un large fossé et constituant une forteresse au Moyen Âge, qui appartient peut-être à ce sieur Seurin.

Au XVIIe siècle, l’actuel château de Paillet est construit à l’emplacement approximatif de la villa gallo-romaine. Il appartient à la fin de ce même siècle à un officier du duc d’Epernon, Pietro Paolo.

Le village est cité dans les archives se rapportant au Moyen Âge sous le nom Saint-Hilaire de Soroa. Le nom du saint patron de l’église est ainsi associé à l’ancien nom du ruisseau de l’Artolie, Soroa ou Seroa, mentionné sous cette forme dans les documents relatifs aux visites épiscopales. Inchangé pendant près de deux cent cinquante ans, le nom du bourg devient Saint-Hilaire-de-Paillet, adoptant sa forme actuelle déchristianisée pendant la Révolution.

Sur le coteau, le pin parasol, ou pin franc, image identitaire du bourg, est vraisemblablement planté au XVIIe siècle afin de signaler la présence d’un lieu d’accueil pour les protestants, situé peut-être au château de Paillet. Avant les tempêtes de décembre 1999 et janvier 2009, il y avait quatre pins.

Durant la seconde moitié du XIXe siècle, la commune construit une mairie-école, puis une halle destinée au marché aux légumes, la culture maraîchère, et particulièrement celle des petits pois, remplaçant la vigne dans les années suivant l’épidémie de phylloxera introduite en Gironde dans les années 1860.

Les vignes subsistent encore aujourd’hui. Le château Paillet est l’une des principales propriétés viticoles de la commune.


Commune

  • Code postal : 33311
  • Nom des habitants : Pailletons, Pailletons
  • Superficie : 223 hectares
  • Population : 1178 habitants (2008)
  • Origine du nom et description du blason :

    peut-être du moulin de La Paille, établi à proximité du port et visible par les voyageurs transitant entre l’arrière pays et Bordeaux, ou des bottes de paille en instance de départ pour la ville ou évoquant des “ paillettes d’or ” dans l’Artolie.

    le feu de moulin rappelle l’existence de 3 moulins, la fleur de lis et le léopard évoquent l’appartenance de la Guyenne à la France puis à l’Angleterre, la gerbe de blé renvoie au travail des laboureurs et des femmes de marins, et l’ancre de marine, les nœuds et les dolaires rappellent les anciennes activités liées au port.


Informations pratiques

Mairie de Paillet : 05.56.72.14.57

Office de tourisme de l’Entre-deux-Mers : 05.56.61.82.73

http://www.entredeuxmers.com


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Catherine de Gabory (1976). Cadillac : Aspects connus et méconnus d’un canton, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite