Accueil > Pyrénées-Atlantiques > Béarn > Orthez

Orthez

La commune d’Orthez est installée sur les rives du gave de Pau, dans un paysage vallonné est boisé. Capitale du Béarn pendant deux siècles avant Pau, la ville possède une histoire tumultueuse, faste et prospère, qui commence véritablement à l’époque de Gaston VII, son bâtisseur.

Le site d’Orthez est probablement fortifié dès l’époque gallo-romaine. Il détient en effet une position géographique stratégique sur une colline rocheuse et accidentée. Orthez est aussi traversé par le gave de Pau et se dresse comme un poste avancé sur la Gascogne.

Le village est cité dès 1184, dans le Cartulaire de Sauvelade, sous la forme d’Ortesium. Il est situé sur la grande voie de Lescar à Dax, et s’impose ainsi dès ses origines, comme un passage obligé.

Orthez figure aussi sur la voie limousine, empruntée par les pèlerins de Compostelle dès le IXe siècle. Par conséquent, il voit s’élever de nombreux édifices religieux : églises, couvents, abbayes ou chapelles d’hôpitaux. Tous accueillent les pèlerins, à partir du XIIIe siècle.

Après la conquête de Gaston VI en 1194, Gaston VII transfère la capitale du Béarn de Morlaas à Orthez, ce qui lui insuffle un véritable essor au XIIIe siècle. En édifiant notamment le Pont Vieux, qui relie les deux parties de la ville de chaque côté du défilé rocheux, Gaston VII consacre Orthez comme un axe de commerce unique. Ce pont est à l’époque le seul moyen de traverser le gave et donc de joindre le Piémont pyrénéen et la terre de Chalosse.

Puis, le château de Moncade, forteresse défensive de la vicomté, accueille au siècle suivant, la cour fastueuse de Gaston Fébus, comte de Foix. La ville prospère, jusqu’à devenir la plus peuplée du Béarn à la fin du Moyen Âge.

Cependant, la résidence des vicomtes de Béarn est abandonnée à la fin du XVe siècle quand le titre de capitale revient à Pau en 1464. Orthez perd alors de son influence. Elle est ensuite, le théâtre de nombreux assauts. Les catholiques l’occupent pendant un temps, puis elle est ravagée par les troupes de Montgomery, lors des guerres de Religion en 1569. Elle se trouve ensuite presque dépeuplée, par les épidémies de peste.

Orthez continue tout de même à se développer. Ce sont d’ailleurs les constructions des XVIIe et XVIIIe siècles, belles demeures et grands hôtels aux toits de tuiles, qui donnent au village l’aspect qu’on lui connait aujourd’hui, même si quelques vestiges de l’ancienne cité médiévale subsistent.

Plus tard, Orthez sert de cadre sanglant à la bataille franco-anglaise de 1814. Elle voit la victoire des troupes hispano-anglaises, commandées par le duc de Wellington, sur l’armée napoléonienne, dirigée par le maréchal Soult.

En tant que lieu de convergence, Orthez demeure une des villes les plus importantes du Béarn. Cette cité dynamique qui a attiré plusieurs illustres personnages dispose aujourd’hui d’un riche patrimoine.


Commune

  • Nom des habitants : Orthéziens, Orthéziennes
  • Superficie : 4586 hectares
  • Population : 10121 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    le Gave de Pau

  • Origine du nom et description du blason :

    L’origine du nom demeure incertaine. La racine provençale orta , du latin hortus , fait référence à « un jardin », or le site n’a rien d’un jardin puisqu’il se trouve sur un défilé rocheux où passe le gave. Orthez est peut-être à rapprocher du pays d’Orthe, qui appartient à la vicomté de Dax, au même titre qu’Orthez avant la constitution du Béarn. Les armes de la cité médiévale de Fébus indiquent une forteresse défensive. Le blason figure, en 1274, le Pont Vieux avec une seule arche, encadrée de deux tours et coiffée de deux clefs dites de Saint-Pierre, du nom de l’église d’Orthez.


Informations pratiques

Mairie d’Orthez : 05.59.69.00.83

http://www.mairie-orthez.fr/pages/accueil.php

Office de tourisme d’Orthez : 05.59.38.32.84

http://www.bearn-gaves.com/spip/rubrique.php3?id_rubrique=40


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Georges Fabre (1944). Carte archéologique de la Gaule, Pyrénées-Atlantiques, RIS, BibTeX.

Michel Grosclaude (2006). Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, RIS, BibTeX.

Constant Lacoste (1938). Chemins roumieux et hôpitaux en Béarn, RIS, BibTeX.

(1997). Les Bastides du Béarn et du Pays Basque, RIS, BibTeX.

Jean Bonnefous, Raoul Deloffre (1996). Dictionnaire des châteaux et fortifications des Pyrénées-Atlantiques, RIS, BibTeX.

Lucienne Couet-Lannes (1983). Le Béarn d’entre les Gaves, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite