Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Tourtoirac > Orélie-Antoine 1er, roi d’Araucanie et de Patagonie

Orélie-Antoine 1er, roi d’Araucanie et de Patagonie

Dans le cimetière de Tourtoirac, les visiteurs peuvent se recueillir sur la tombe du roi d’Araucanie et de Patagonie, Orélie-Antoine 1er.

Né le 12 mai 1825 à Chourgnac, Orélie-Antoine de Tounens rêve dès l’enfance de devenir roi. En 1858, il part au Chili à la rencontre d’une tribu d’Indiens araucaniens, connus pour leur résistance à l’invasion inca, puis espagnole.

Après la promulgation d’une constitution, il prend le nom d’Orélie-Antoine 1er et est proclamé roi d’Araucanie et de Patagonie en 1860. En 1862, il est emprisonné par les Chiliens, puis condamné à l’internement dans un asile. Cependant, la même année, l’intervention du Consul de France lui permet de regagner la France. Il organise plusieurs autres expéditions dans cette partie du monde.

Revenu malade de son dernier voyage, le roi se retire dans sa Dordogne natale, précisément chez son neveu, à Tourtoirac. Il y meurt en 1878 et est inhumé dans le cimetière de la commune. Depuis, la tombe royale est devenue une curiosité locale.

Dans la maison natale d’Orélie-Antoine de Tounens, à Chourgnac, un musée lui est consacré.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Pierre Thibaud (2007). L’Auvézère et la Loue, RIS, BibTeX.

Pierre Pommarède (2002). Le Périgord des églises et des chapelles oubliées, RIS, BibTeX.


Partager cette visite