Accueil > Dordogne > Périgord Blanc > Mussidan

Mussidan

Facile d’accès en raison du développement des voies de communication et favorisée par un environnement naturel privilégié, la commune de Mussidan possède de nombreux atouts et conserve un riche patrimoine historique.

Mussidan étant situé au confluent de l’Isle et de la Crempse, sur des coteaux calcaires, avec une forêt et des grottes, elle offre un site propice à l’installation de l’homme préhistorique. Ceci s’est avéré par la découverte de plusieurs gisements. L’occupation humaine se prolonge à l’époque gallo-romaine, comme l’indique la lampe en terre cuite des IIIe et IVe siècles après J.-C. trouvée dans la région.

L’établissement du régime féodale transforme la ville en place forte. Mussidan joue de ce fait un rôle important pendant la guerre de Cent Ans. Le château reste sous suzeraineté anglaise de 1252 à 1406. Ce dernier est au XIVe siècle le siège d’une châtellenie dont dépendent huit paroisses.

Devenu un centre protestant important, Mussidan prend part aux guerres de Religion. La ville et le château subissent trois sièges. C’est pourquoi en 1624, Richelieu décide de détruire la ville, ainsi sont rasés l’église, la forteresse du XIe siècle, et le château.

Par la suite, le conflit de 1939-1945 offre à Mussidan et sa région l’occasion de s’illustrer. En 1940, le département est traversé par la ligne de démarcation. Il s’en suit une période de pénurie importante. La région voit en effet sa production agricole réquisitionnée. L’embarquement des Alliés en Afrique du Nord implique le franchissement de la ligne des Allemands. Face à l’occupation de la France libre, les habitants de la Dordogne et notamment de Mussidan réagissent. C’est l’essor de la Résistance qui prend de l’ampleur dans la région en 1944.

Mussidan, située sur l’axe routier et ferroviaire, est un point stratégique pour le contrôle de la région. La commune et ses alentours connaissent alors plusieurs opérations massives de répression et de massacre des civils. Ainsi, le 16 janvier 1944, les Allemands arrêtent, d’après une liste établie à l’avance, trente-six personnes soupçonnées d’aider le maquis.

Sur les rives de l’Isle, Mussidan bénéficie d’une situation idéale et offre aujourd’hui à ses habitants ainsi qu’aux touristes de nombreuses activités.


Commune

  • Nom des habitants : Mussidanais, Mussidanaises
  • Superficie : 385 hectares
  • Population : 2843 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    l’Isle, la Crempse

  • Origine du nom et description du blason :

    Le blason de la ville se compose de gueules avec saint Georges monté sur un cheval terrassant un dragon couché, le tout d’or.

    L’étymologie du nom de Mussidan est liée au site naturel sur lequel elle est établie. Mussidan se compose de muc , mot celte signifiant « trou ou cachette ». Le nom se latinise jusqu’au IXe siècle avec Mulcedonum en 830, c’est-à-dire le nom d’un homme composé de mulcedo signifiant « douceur, charme » et donum voulant dire « colline ou dune ». Ce nom évolue vers 1038 en Dux Moxedanesis et castrum de Mussidanii, puis en 1210 on rencontre le nom de Mussidanum, puis Mucidan et Mussidant.


Informations pratiques

Mairie de Mussidan : 05.53.81.04.07

Office de tourisme de Mussidan : 05.53.81.73.87


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Association et Histoire de la Résistance et de la Déportation en Mussidanais (1929). “Mémoire et histoire, catalogue exposition”, in Le Mussidanais de la Seconde Guerre mondiale, RIS, BibTeX.

Hervé Gaillard (1997). Carte archéologique de la Gaule, la Dordogne, RIS, BibTeX.

Chantal Tanet et Tristan Hordé (2000). Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, RIS, BibTeX.

Guy Penaud (1996). Dictionnaire des châteaux du Périgord, RIS, BibTeX.

Jacques Lachaud (1857). Mussidan en Périgord, RIS, BibTeX.

Valéry d’Amboise Dictionnaire d’Amboise, Aquitaine, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite