Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Jumilhac-le-Grand > Moulin de la Salle

Moulin de la Salle

Parfois appelé moulin de Jumilhac, le moulin de la Salle est antérieur à la Révolution. Son nom vient probablement du germanique sali qui signifie « chambre, château ». Une cinquantaine de communes et dix fois plus de lieux-dits portent ce nom en France. Les plus anciens sont attestés au IXe siècle, ce qui donne une idée de l’ancienneté de l’occupation du lieu.

La rivière de l’Isle, réputée pour sa force hydraulique dont on fait une utilisation très dense avec forges et moulins, explique évidemment le choix du lieu.

En 1905, l’électricité arrive à Jumilhac. C’est le site du moulin de la Salle qui est choisi, pour sa proximité avec le bourg, pour l’installation d’une usine hydroélectrique. Après étude, on décide de surélever le barrage de 60 centimètres. L’usine est mise en route en 1908 et fournit le village.

Au départ, c’est l’ingénieur Gabriel Dirit qui est le propriétaire de la concession de l’éclairage de Jumilhac. En 1909, il vend ses droits au fils adoptif du châtelain Louis Jean-Baptiste Say, D. H. Bourmancé, ingénieur civil. Par la suite, l’usine passe aux mains de la société Bernheim à Paris avant d’être cédée à la municipalité en 1912. Un régisseur est nommé, M. Terrefond ; la Grande Guerre intervenant, le régisseur est mobilisé, son épouse le remplace : il fallut attendre 1916 pour que Madame Terrefond soit officiellement chargée de la conduite de l’usine. L’arrêté municipal précise toutes les conditions d’exploitation. A la fin de la guerre une enquête sourcilleuse finit par approuver les comptes et donner quitus à l’excellente gestionnaire de l’usine.


Patrimoine


Informations pratiques

Le moulin ne se visite pas.


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Pierre Ortega, membre de la société historique et archéologique du Périgord, RIS, BibTeX.


Partager cette visite