Accueil > Dordogne > Périgord Vert > Chapelle-Grésignac (la) > Motte de Grésignac

Motte de Grésignac

L’origine de la commune La Chapelle-Grésignac remonte à l’époque médiévale, dont il reste essentiellement comme témoin une motte, au lieu-dit Grésignac.

Il s’agit d’un « fort gaulois » où l’on retrouve de nombreuses pièces de monnaie, et qui est identifié en 1981 comme un site castral. Citée dès 1242 dans les textes comme « castrum de Greziniaco », cette ancienne motte féodale élevée vers les XIe et XIIe siècles sert alors à la défense du bourg mais aussi de toute la vallée de la Pude qu’elle surplombe.

Dépendant de l’évêché d’Angoulême, elle symbolise la puissance des seigneurs du lieu. L’édifice fortifié, tertre artificiel de terre, se trouve avec sa basse-cour, sur une terrasse élevée.

Si les palissades en bois ont aujourd’hui disparu ainsi que les bâtiments de la place forte, il demeure les fossés.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Hervé Gaillard (1997). Carte archéologique de la Gaule, La Dordogne, RIS, BibTeX.


Partager cette visite