Accueil > Dordogne > Périgord Blanc > Montpon-Ménestérol

Montpon-Ménestérol

Le territoire de Montpon-Ménestérol est très tôt marqué par l’occupation wisigothique et la guerre d’Aquitaine. Aujourd’hui, son environnement naturel constitue un attrait touristique de premier ordre.

La découverte de nombreux vestiges archéologiques confirment l’occupation précoce du territoire de Montpon-Ménestérol. Ainsi, des sites gallo-romains sont relevés aux Quatre-Vents, aux Bretonnes et au Claud-Fort. Un enclos ovale datant probablement de la protohistoire est repéré par voie aérienne aux Granges en 1989. Enfin, au Haut-Vignaud, un enclos quadrangulaire et des fossés curvilignes ont également été observés.

La situation géographique de Montpon-Ménestérol a eu une grande influence sur son histoire. En effet, elle est située au bord des eaux de l’Isle. Or, c’est par la voix des eaux que les Wisigoths envahissent, dès le Ve siècle, de nombreuses villes d’Aquitaine. Ces derniers prennent à cette époque possession des principaux fleuves du royaume de France et atteignent rapidement les côtes de l’Aquitaine. La zone devient officiellement province wisigothique en 418. La Dordogne est envahie et de nombreuses villes, dont Montpon, sont pillées et saccagées.

Plus tard, Clovis est intronisé par les évêques de Novempopulanie, une des trois parties qui forment alors l’Aquitaine, et il parvient à regagner ce territoire. En effet, il est vainqueur d’Alaric II, roi des Wisigoths, lors de la bataille de Vouillé en 507. Cependant, l’Aquitaine souhaite conserver son indépendante à l’égard de la Francie et on la juge alors trop insoumise. La région est donc de nouveau mise à feu et à sang entre 700 et 708. Selon la légende, c’est sur la commune de Montpon qu’aurait pris fin la guerre d’Aquitaine, le 2 juin 768, avec l’assassinat de Waïffe, l’un des trois ducs contrôlant la région.

Au Moyen-Âge, la ville est de nouveau ravagée. Henri Plantagenêt, roi d’Angleterre, épouse Aliénor d’Aquitaine en 1152, qui lui apporte en dot la Guyenne. De cette donation naissent de nombreux conflits entre l’Angleterre et la France, chacun des deux royaumes revendiquant la propriété du territoire. Les dernières mentions de l’histoire de Montpon datent de 1587, lorsque la cité aurait été, une fois encore, détruite, cette fois par les calvinistes.

Il faut attendre le XIXe siècle pour voir enfin la cité prospérer. Des campagnes d’assèchement des marais, ainsi que l’ouverture de routes rendent désormais possible le développement de l’agriculture et, plus généralement, de l’économie locale.

Aujourd’hui Montpon-Ménestérol tire parti de son environnement naturel afin de développer le tourisme vert.


Commune

  • Nom des habitants : Montponnais, Montponnaises
  • Superficie : 22733 hectares
  • Population : 9893 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    l’Isle

  • Origine du nom et description du blason :

    À l’origine, Montpon était une ville indépendante, séparée par la rivière de Ménestérol-Montignac. Ce n’est qu’en 1964 que les deux cités sont réunies sous le nom de Montpon-Ménestérol. Appelée « Monesteirol », à la fin du XIe siècle puis « Monestayrol » qui signifie « petit monastère », la commune ne prit son nom définitif qu’au IXe siècle.


Informations pratiques

Mairie de Montpon-Ménestérol : 05.53.80.30.21

Office tourisme de Montpon-Ménestérol : 05.53.82.23.77


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Sandrine Gayet (2002). Les Couleurs du Périgord, RIS, BibTeX.

J.-L. Aubarbier, Michel Binet, Guy Mandon (1987). Nouveau Guide du Périgord-Quercy, RIS, BibTeX.

Sous la direction de Dominique Richard (1996). Le guide Dordogne - Périgord, RIS, BibTeX.

Hervé Gaillard (1997). Carte archéologique de la Gaule, la Dordogne, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite