Accueil > Dordogne > Périgord Pourpre > Montpeyroux

Montpeyroux

Située dans le canton de Villefranche-de-Lonchat, à l’ouest du département de la Dordogne, la petite commune de Montpeyroux s’est installée, comme son nom l’indique, en hauteur, sur un tertre de roche calcaire.

Si l’époque gallo-romaine laisse des vestiges à Montpeyroux dans la cour du château, à Trompette et à Papessus, c’est surtout le tertre de Montpeyroux, sans doute occupé par un oppidum, soit gallo-romain soit franc, qui détermine le site de fondation de la ville.

Dans les archives, la trace de Montpeyroux se trouve en revanche seulement à partir du haut Moyen Âge. Ainsi, en 1081, les bénédictins de Saint-Florent de Saumur reçoivent les églises Notre-Dame de Bretenord et Saint-Pierre de Montpeyroux. Un prieuré est alors fondé à Bretenord sous le vocable de Saint-Clodoald (Saint-Cloud), mais pas à Montpeyroux, où aucun texte ne relate l’existence d’une quelconque fondation religieuse en dehors de l’église paroissiale. La tradition, qui veut que la faïencerie, dont subsistent les ruines en face de l’église, soit installée dans un ancien prieuré, est donc une légende.

L’église de Saint-Cloud est détruite au cours des guerres de Religion et n’est pas relevée, et Montpeyroux saccagé par les religionnaires en 1585, 1587 et 1622. La paroisse, probablement alimentée par la fontaine Saint-Pey, dépend alors de la châtellenie de Montravel et a pour seigneur haut justicier l’archevêque de Bordeaux depuis 1306, et cela jusqu’à la Révolution.

En 1790, la paroisse de Saint-Cloud, annexe de Saint-Pierre de Montpeyroux, devient une commune indépendante, mais peu après, vers 1794 ou 1795, les deux communes de Montpeyroux et de Saint-Cloud sont réunies en une seule.

Pendant la Révolution, deux députés girondins, Petion et Buzot, sont cachés à Montpeyroux par le châtelain de Matecoulon, M. de Cazenave, au tertre de Lagarde, dans la loge exiguë, creusée dans le roc, du gardien des carrières, entre le 18 et le 20 octobre 1793.

Aujourd’hui, la commune de la vallée de la Lidoire a retrouvé son calme et conservé le cachet architectural déposé par l’histoire. Ses paysages préservés font alterner terres agricoles, forêts et vignes.


Commune

  • Nom des habitants : Peyroumontois, Peyroumontoises
  • Superficie : 2337 hectares
  • Population : 360 habitants (1999)
  • Origine du nom et description du blason :

    Montpeyroux veut dire étymologiquement le « mont pierreux ». À l’origine il y a la paroisse Notre-Dame de Bretenord. Bretenord rappelle le souvenir d’un établissement breton dans les derniers temps de l’Empire romain, vers 460. Les bénédictins de Saint-Florent de Saumur fondent un prieuré sous le vocable de Saint-Clodoald, qui devient Saint-Cloud, dont la paroisse prend le nom. En 1794, l’ancienne commune de Saint-Cloud fusionne avec Montpeyroux. Les armoiries du village sont celles de la famille de Cazenave qui possède le château de Matecoulon pendant plusieurs générations aux XVIIIe et XIXe siècles. L’écusson placé au centre représente les armes de Montaigne pour rappeler que ce même château a appartenu à Bertrand de Montaigne sieur de Matecoulon, frère du philosophe.


Informations pratiques

Tél. mairie : 05.53.80.78.07

www.pays-de-bergerac.com/mairie/montpeyroux/index.asp

Au Pays du Bergeracois :

mairie.pagespro-orange.fr/montpeyroux.dordogne/

Office de tourisme de Montaigne-Gurson-La Force

"Tête Noire" - 24230 Montcaret

Tél. : 05.53.73.29.62

www.pays-de-bergerac.com/assos/si-montaigne-gurson/index.asp

www.tourisme-montaigne.jimdo.com/


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Léonie Gardeau (1992). Gurson Montaigne terres d’histoire, RIS, BibTeX.

Jacques Lafond-Grellety (2005). Histoire et chroniques du Pays de Gurson, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite