Accueil > Dordogne > Périgord Blanc > Milhac-d’Auberoche

Milhac-d’Auberoche

La commune de Milhac-d’Auberoche subit les différents conflits qui agitent la région, mais peut être de façon importante, comme en témoigne l’époque de construction de son église.

Situé sur la forêt de la Barade, et bordé par les rives du Manoire, Milhac-d’Auberoche offre de nombreux avantages permettant une installation humaine précoce. Le territoire est donc occupé dès la Préhistoire, comme en attestent les nombreux silex taillés retrouvés sur place.

Le nom du village apparaît en 856, avec la construction de sa première église. La seconde est édifiée au XIVe siècle. Elle est curieusement construite en pleine période de troubles, au cours de la guerre de Cent Ans, alors que cette catégorie de monument est souvent la cible de pillages et de destructions diverses. Bien qu’aucune mention historique ne semble évoquer ce genre d’exaction à Milhac-d’Auberoche, la commune a sans doute subi certains dommages.

Éprouvant le besoin de se protéger derrière de puissants murs, les populations édifient de nombreux châteaux et maisons fortes. Milhac-d’Auberoche n’échappe pas à la règle, ainsi le château de la Baisse ou de la Basse sont construits au XVe siècle. Au siècle suivant, Milhac est également le théâtre de soulèvements de croquants. Son nom est d’ailleurs cité à plusieurs reprises dans l’œuvre d’Eugène Le Roy Jacquou le Croquant . Ce roman narre les révoltes paysannes qui se déroulent en Périgord sous les règnes de Louis XVIII et de Charles X, aux alentours de 1815-1830.

La commune semble être très active au début du XIXe siècle. Le maire de l’époque dresse en effet la liste des nombreux artisans présents sur son territoire, significative du dynamisme de Milhac. Elle subit par ailleurs de lourdes pertes au cours de la Première Guerre mondiale, puisque le monument aux morts affiche une trentaine de noms.

De nos jours, les ressources de la commune de Milhac-d’Auberoche proviennent pour l’essentiel de l’agriculture.


Commune

  • Nom des habitants : Milhacois, Milhacoises
  • Superficie : 1750 hectares
  • Population : 5102 habitants (2006)
  • Cours d'eau :

    le Manoire, le Saint-Geyrac

  • Origine du nom et description du blason :

    Le nom de Milhac provient du nom propre Emilius , suivi du suffixe - acum . La première mention historique apparaît dès le IXe siècle, sous la forme Miliacus, qui prend un second « l » en 956. On relève ensuite Milhacum au XIIIe siècle. L’orthographe actuelle est élue dès le XVIIe siècle, avant de cohabiter avec la forme Millac au XIXe siècle. C’est également à cette période qu’on lui adjoint le nom d’Auberoche, issu d’ alba Rocha .


Informations pratiques

Mairie de Milhac-d’Auberoche : 05.53.07.56.75

http://www.isle-manoire.com/

Office de tourisme de Périgueux : 05.53.53.10.63

http://www.tourisme-perigueux.fr/


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Chantal Tanet et Tristan Hordé (2000). Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, RIS, BibTeX.

Jean Secret (1966). Le Périgord des châteaux, manoirs et gentilhommières, RIS, BibTeX.

Marc Blancpain (1984). Périgord, RIS, BibTeX.

Collectif (1993). Dordogne - Périgord, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu

  • Château de la Besse

    Le château de la Besse de Milhac-d’Auberoche présente des éléments défensifs médiévaux. Il est le lieu de la découverte d’un trésor en 1980.
    Cet ancien (...)

    Dordogne - Milhac-d’Auberoche
  • Église Saint-Marc

    L’église Saint-Marc de la commune de Milhac-d’Auberoche étonne par les proportions de certains de ses éléments architecturaux.
    La première église de (...)

    Dordogne - Milhac-d’Auberoche
  • Monument aux morts de Milhac-d’Auberoche

    Le monument aux morts de Milhac-d’Auberoche est remarquable pour la présence du coq finement sculpté placé à son sommet, symbole du patriotisme (...)

    Dordogne - Milhac-d’Auberoche

Partager cette visite