Accueil > Lot-et-Garonne > Marmandais > Mas-d’Agenais (le)

Mas-d’Agenais (le)

Le Mas-d’Agenais occupe une position stratégique exploitée depuis les temps antiques. Il est situé à l’extrémité septentrionale d’une haute plaine, appelée Camparome, sur la rive gauche de la Garonne et domine l’ensemble du bassin garonnais.

Le Mas-d’Agenais s’est installé à l’emplacement d’un complexe cultuel, Ussubium, et d’une villa gallo-romaine, Pompéjac. Le site est occupé dès le IIe siècle avant Jésus-Christ. Il connaît son plus fort développement aux Ier et IIe siècles, avant de décliner au IIIe siècle et de disparaître au milieu du IVe siècle. Les invasions barbares seraient la cause de ce déclin.

Un nouveau village se développe sur l’ancien site de Pompéjac vraisemblablement à partir du Xe siècle. Un prieuré serait déjà installé dans la ville depuis le siècle précédent. Il devient très important à partir du XIIe siècle puisque le prieur devient le chef de la seigneurie. Ses pouvoirs sont absolus jusqu’au XVe siècle. En effet, en 1400 il doit les partager avec la famille d’Albret, qui convoite la ville depuis longtemps.

Le Mas-d’Agenais n’est pas épargné par les conflits qui secouent la région. Ainsi, la lutte contre les Albigeois voit le pillage de la ville en 1219. Quatre siècles plus tard, les guerres de Religion ont raison du château, détruit sur ordre de Louis XIII.

À la Révolution, Le Mas-d’Agenais devient une commune du Lot-et-Garonne et un chef-lieu de canton. La ville continue à se développer au XIXe siècle, époque à laquelle sont entrepris d’importants travaux d’urbanisme.

Son économie tourne aujourd’hui autour de l’agriculture, du commerce et de l’industrie, notamment avec les conserveries. Le tourisme joue aussi un rôle important avec le port de plaisance sur le canal ou encore la visite de la vieille ville. De plus, la "voie verte" longe le canal de Garonne et permet de le découvrir en vélo ou à pied.


Commune

  • Nom des habitants : Massais, Massaises
  • Superficie : 2118 hectares
  • Population : 1388 habitants (2004)
  • Cours d'eau :

    la Garonne, le canal latéral à la Garonne, le Gauret, le Nauton, le Mayne, la Forêt, le Pichagouille

  • Origine du nom et description du blason :

    Le Mas-d’Agenais tire son nom du latin mansus , terme qui désignait dans l’Antiquité un établissement agricole généralement moins important que la villa .


Informations pratiques

Mairie du Mas-d’Agenais : 05.53.89.50.37

Office de tourisme du Mas-d’Agenais : 05.53.89.50.58


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Chanoine Durengues, Fonds Durengues, RIS, BibTeX.

Brieuc Fages (1995). “Le Lot-et-Garonne”, in Académie des Inscriptions et Belles-Lettres Ministère de la Culture, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, CNRS, diff. Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Paris (édité par), Carte archéologique de la Gaule, RIS, BibTeX.

Valéry d’Amboise (1997). Dictionnaire d’Amboise. Aquitaine : Opus 38, RIS, BibTeX.

M. Amen et M. Maillé (1993). Le Lot-et-Garonne. Géographie du département, RIS, BibTeX.

René Vacqué (1992). Deux mille ans d’histoire du Mas-d’Agenais, RIS, BibTeX.

(2006). Mémoires d’hier et d’aujourd’hui en pays Val de Garonne – Gascogne, RIS, BibTeX.

Site de la Communauté de communes du Val de Garonne, RIS, BibTeX.

Pierre Dubourg-Noves (1969). “L’église du Mas-d’Agenais”, in Société française d’archéologie Musée des Monuments français, Paris (édité par), Congrès archéologique de France. 127e session. 1969. Agenais, RIS, BibTeX.

Lucien Massip (1926-1927). “Toponymie agenaise. Essai sur l’origine et la signification des noms de lieu de l’Agenais”, in Revue de l’Agenais. Bulletin de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts d’Agen, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite