Accueil > Dordogne > Périgord Pourpre > Villefranche-de-Lonchat > Manoir de Mondésir

Manoir de Mondésir

Construit entre l’église paroissiale de Loupchac et l’emplacement de la villa gallo-romaine de Lupius, Mondésir succède à un premier manoir qui sert de résidence à la riche famille de Lussac.

On sait qu’en 1301, un seigneur nommé Pons de Barès possède déjà un fief dans Loupchac, près de la bastide de Villefranche nouvellement construite. En 1342, les sires de Montferrand, descendants de Pons de Barès, tiennent encore ce domaine. Mais le nom de Mondésir n’apparaît pas avant le XVIe siècle dans les registres d’hommages.

Les Dieuzaide succèdent ensuite aux Montferrand. Au XVIe siècle, Mondésir appartient à une famille Durand dont les membres sont titrés sieurs du Portail (nom de la rue principale de la bastide) et de Mondésir. À la fin de ce siècle, le bien passe par héritage à Suzanne de May, qui épouse à Mondésir en 1585 François de Saint-Jean, écuyer, seigneur de la Filolie et de Saint-Laurent.

Le manoir est pillé et incendié pendant les guerres civiles et les habitants sont assassinés en 1622, alors que Gurson est assiégé par les troupes protestantes. Louis de Saint-Jean épouse en 1661, en la chapelle du château de Fontenelle à Ménesplet, Jeanne-Honorée de Lur, arrière-petite-fille de Montaigne.

L’autel en bois sculpté aux armes des deux époux, réalisé pour le mariage, orne d’ailleurs l’actuelle église de Ménesplet.

Le manoir actuel date de deux époques. Au XVIe siècle le château est bâti selon un modeste quadrilatère flanqué de quatre tours rondes, dont une a disparu. Au XVIIe siècle, le logis est reconstruit selon un axe différent et précédé d’une grande cour entourée de dépendances et terminée par deux autres tours. Une bonne partie de ces dépendances a disparu, ainsi que l’une des tours, écroulée depuis peu.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

(2005). Histoire et chroniques du Pays de Gurson, RIS, BibTeX.


Partager cette visite