Accueil > Dordogne > Périgord Pourpre > Moulin-Neuf > Maison noble de Soubie

Maison noble de Soubie

Le nom de cette demeure de Moulin-Neuf vient d’une famille noble connue au XVIe siècle, la famille Soubie, qui possède alors deux petits fiefs : Trompette et Soubie, anciennement la Picadi.

Trompette (situé derrière les écoles, rue Jules Ferry) est vendu en 1791 par Jean de Boüard de Laforest, garde du roi, habitant à Moulin-Neuf, pour 9700 livres.

Soubie, ou la Picadi, est vendu le 14 pluviôse de l’an VII par Anne d’Arlot de Cumont, grand-mère cotutrice de Joseph-Léonard de Belhade, à Antoine Voulgre, sieur de Lamarzeille, dont la fille épouse François-Calixte Degrailly descendant de l’illustre famille de Grailly.

C’est leur fils Benjamin (1822-1887) qui fait construire la demeure actuelle, en pierre de taille et à toit d’ardoises, et y fonde une école privée de garçons et de filles.



Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Gilles Dubus (1988). Moulin-Neuf sur l’Isle. Histoire de l’enclave de Villefranche, RIS, BibTeX.


Partager cette visite