Accueil > Pyrénées-Atlantiques > Béarn > Lescar

Lescar

Capitale historique du Béarn, Lescar s’étend dans un cadre exceptionnel : sur de verdoyantes collines abondamment arrosées par le Gave du Pau, l’Ousse des Bois, le Lau et l’Aygue Longue. Témoin et acteur privilégiés de l’histoire de cette région, cette ville renferme un incommensurable patrimoine, sans commune mesure avec ses modestes dimensions actuelles.

Les premières traces d’une forte présence humaine remontent aux premiers siècles après J.-C. En effet, au pied de l’actuel Lescar s’étendait Beneharnum, une cité gallo-romaine construite à proximité du carrefour entre deux axes de communication qui allaient pour l’un de Saragosse à Bordeaux, et pour l’autre de Dax à Toulouse. Beneharnum était la capitale de la peuplade des Vernani ou Benarnenses qui donnèrent leur nom au Béarn.

Dès le VIe siècle, Lescar est un évêché, et constitue donc une place relativement importante. Cependant, suite à une invasion des Vikings, elle est totalement détruite en 841.

Au Xe siècle, le pénitent Loup-Fort y fonde sur les hauteurs un monastère dédié à sainte Marie. Ce couvent très prospère suscite la création d’une nouvelle ville à laquelle on donne le nom de Lascurris, rapidement devenu Lescar.

Élu évêque en 1115, Guy de Lons fait pour sa part construire une imposante cathédrale à Lescar après avoir participé à la reconquête de Saragosse en 1118 aux côtés de Gaston IV le Croisé.

Au début du Moyen Âge, des remparts imposants s’élèvent. En 1385, lors du recensement demandé par Gaston Fébus, la cité compte 154 foyers, et est entourée d’une ceinture de remparts et possède un palais épiscopal à proximité de la cathédrale.

Lescar est alors communément désigné sous le nom de « ville Septenaire », qui selon la légende aurait sept portes, sept tours, sept fontaines, sept églises, 7 bois et 7 vignes. Rien ne laisse alors présager du triste destin qui l’attend, bientôt victime d’attaques et de déconvenues successives.

En effet, au XVIe siècle, à partir de 1560 environ, Jeanne d’Albret, la mère d’Henri IV, décide d’imposer la Réforme à la région béarnaise. Elle fait donc transformer la cathédrale en temple protestant.

On pouvait alors espérer que la ville de Lescar allait se relever durant les siècles suivants, or à la Révolution c’est à Bayonne que l’évêché est installé, reléguant Lescar au second plan.

À présent, la ville de Lescar bénéficie de la proximité de l’agglomération paloise et a recouvré une partie de son influence en étant nommée chef-lieu du canton le plus important des Pyrénées-Atlantiques.


Commune

  • Nom des habitants : Lescariens, Lescariennes.
  • Superficie : 2650 hectares
  • Population : 10206 habitants
  • Origine du nom et description du blason :

    La ville de Lescar est située à environ sept kilomètres à l’ouest de Pau. Lescar était le nom donné par les Venarni ou Beneharnenses à leur capitale. Cette dénomination vernaculaire a été peu à peu remplacée dans les textes par Beneharnum, en assimilant le nom de la cité à celui de l’ethnie.


Informations pratiques

Contact mairie :
- Téléphone : 05 59 81 57 00
- www.mairie-lescar.fr

Contact office de tourisme :
- Téléphone : 05 59 81 15 98
- Mail : ot.lescar@lescar.fr
- www.lescar-tourisme.fr


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Michel Grosclaude (2006). Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, RIS, BibTeX.

Hubert Dutech (2003). Lo Noste Béarn, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite