Accueil > Dordogne > Périgord Pourpre > Saint-Avit-Sénieur > Léo Testut

Léo Testut

Léo Testut naît à Saint-Avit-Sénieur le 22 mars 1849, dans une famille modeste. Ce médecin spécialiste d’anatomie reçoit de nombreuses distinctions honorifiques pour ses publications, aussi bien dans le domaine de la médecine que dans celui de la Préhistoire et de l’histoire du Beaumontois. Il publie ainsi un monumental traité d’anatomie humaine, encore en usage dans la deuxième moitié du XXe siècle, et une étude sur l’homme de Chancelade, un squelette préhistorique mis au jour dans la région.

Léo Testut est orphelin très jeune : il a 7 ans lorsque sa mère décède, le 25 mars 1856. À cette époque, le ménage Testut a quitté Saint-Avit et a ouvert à Beaumont un petit commerce de quincaillerie et de poterie. C’est donc à Beaumont que Léo passe son enfance et où ses maîtres reconnaissent en lui des qualités intellectuelles hors du commun. À 13 ans, on l’envoie au petit séminaire de Bergerac où il entre en cinquième. Quelques années plus tard, il le quitte pour poursuivre, au vieux séminaire de Sarlat, des études qui le conduisent jusqu’au baccalauréat.

Ne se sentant pas de vocation religieuse, il se tourne alors vers la médecine. À la rentrée d’octobre 1868, il s’inscrit à l’école de médecine de Bordeaux. Il loge chez madame Clissey, dont il épouse la fille Jeanne, le 5 mai 1887. Sa carrière de professeur d’anatomie commence en 1884 à Lille. Il y reste peu de temps ; à la rentrée de 1886, il devient professeur d’anatomie à Lyon, où il occupe la chaire jusqu’en 1919.

Après la Première Guerre mondiale, il dirige un hôpital à Bordeaux. À la retraite, il revient s’installer à Beaumont, et c’est là, au troisième étage d’une tour réaménagée des anciens remparts, qu’il écrit son histoire de Beaumont.

Léo Testut est emporté par une crise cardiaque, le 16 janvier 1925. On peut voir à Beaumont le caveau qu’il y a fait construire et où il repose aux côtés de son épouse. Son disciple, le professeur d’anatomie André Latarjet, fait son éloge funèbre.

Par testament, Léo Testut lègue son traité d’anatomie à André Latarjet et des sommes importantes aux communes de Saint-Avit-Sénieur et de Beaumont. Il transmet le reste de ses biens à la Société Historique et Archéologique du Périgord (S.H.A.P.), dont le dolmen de Blanc, situé à Nojals-et-Clotte et considéré comme le plus beau mégalithe de la Dordogne.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Sous la direction de Jean Darriné, RIS, BibTeX.


Partager cette visite