Accueil > Landes > Grandes Landes de Gascogne > Lencouacq

Lencouacq

La ville de Lencouacq se fait connaître au XIIe siècle, avec la fondation de la fameuse commanderie de Bessaut en 1170, qui accueille les chevaliers de Saint-Jacques de l’Épée Rouge. Pendant longtemps son économie repose sur l’exploitation des pins landais.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les de Lescalle sont seigneurs de Lencouacq et de Cachen. En 1789, lors de la Révolution française, c’est le curé de Lencouacq, l’abbé Laporterie, qui représente le clergé de la sénéchaussée à la réunion des trois ordres.

Des foires anciennes se déroulent dans la ville, et se rapportent à la fontaine miraculeuse de Saint-Loup.

Nous savons également qu’il y a entre 1907 et 1934 un chemin de fer économique des Landes qui relie Roquefort à Lencouacq car l’exploitation forestière dépend jusque dans les années 1970 des Papeteries de Roquefort.

Quant à l’agriculture, elle est très faible à Lencouacq : elle n’occupe que 5 % de la surface totale de la commune. À la place, on trouve de grandes propriétés, dont une dépasse même les mille hectares.

Aujourd’hui encore, Lencouacq reste une petite ville pittoresque avec ses forêts, ses clairières, ses métairies et ses fermes.

Galerie photo

Eglise Saint-Leu à Lencouacq (40) Ancienne gare de Lencouacq (40), par Les Meloures sur Wikipedia (Licence CC BY-SA 3.0) Lencouacq (40)

Commune

  • Nom des habitants : Lencouacquais, Lencouacquaises
  • Superficie : 9518 hectares
  • Population : 403 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    le Gouaneyre

  • Origine du nom et description du blason :

    Nom d’origine romane, de forme ancienne « Lencoaco », puis au XVIIIe siècle, « Lenquac » ou « Lencoac ».


Informations pratiques

Mairie de Lencouacq : 05.58.93.04.27

Office du tourisme de Roquefort : 05.58.45.50.46


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

David Chabas (1970). Villes et villages des Landes, RIS, BibTeX.

Monique Veaux (1980). À la découverte de Mont-de-Marsan et sa région, RIS, BibTeX.

Bénédicte Boyrie-Fénié (2005). Dictionnaire toponymique des communes, Landes et bas-Adour, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite