Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Sarlat-la-Canéda > Lanterne des morts ou Tour Saint-Bernard

Lanterne des morts ou Tour Saint-Bernard

Cette tour édifiée en 1180 dans l’enclos monastique suscite de nombreuses interrogations. Les historiens en sont encore à former des hypothèses sur les raisons de sa construction.

Le monument est composée de deux parties distinctes : une chapelle sépulcrale de plan cylindrique au rez-de-chaussée et un espace tronconique à l’étage. La chapelle est accessible, à l’ouest, par un portail en plein cintre encadré de fines colonnes et surmonté d’une archivolte moulurée. Éclairée par trois baies romanes et couverte d’une voûte très bombée, la chapelle présente un riche décor intérieur. L’étage, uniquement accessible par une échelle, présente quant à lui des baies trop étroites pour le passage d’un homme. Dès le XVIIe siècle, on s’interroge sur l’utilité de ce monument. Certains chercheurs estime qu’il est la lanterne des morts du cimetière monastique, c’est-à-dire le bâtiment dans lequel on hisse une lampe allumée pour guider les défunts. Elle ne ressemble en rien, cependant, aux lanternes aux morts qui subsistent dans d’autres cimetières périgourdins. Beaucoup de Sarladais pensent que ce monument commémore au contraire le passage de saint Bernard à Sarlat et le miracle qu’il accomplit en sauvant la ville de la peste en 1147. D’autres historiens y voit eux une interprétation de la tour de la Résurrection faisant partie du Saint-Sépulcre de Jérusalem.

Classée Monument Historique depuis 1861, la tour demeure encore aujourd’hui une énigme.


Patrimoine


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Jean Secret (1982). “La Lanterne des morts de Sarlat”, in Société Française d’archéologie (édité par), Congrès archéologique de France, 137e session, RIS, BibTeX.

(2006). Sarlat, ville d’Art et d’Histoire, Le guide, RIS, BibTeX.

Gilles Ray (1997). Visiter Sarlat et le Sarladais, RIS, BibTeX.

Pierre Pommarède (2002). Le Périgord des églises et des chapelles oubliées, RIS, BibTeX.

Jean-Luc Aubardier (1998). Sarlat, RIS, BibTeX.


Partager cette visite