Accueil > Dordogne > Périgord Pourpre > Lalinde

Lalinde

Bordée au sud par la rivière Dordogne, Lalinde est traversée par la route hautement touristique allant de Bergerac à Sarlat. Son paysage est une agréable alternance, au sud, de plaines, et au nord, de plateaux et coteaux.

Dès l’antiquité, la ville de Linde aurait été bâtie soit par les Romains, soit par des colons venus de l’île de Rhodes et aurait ensuite disparu, avant que l’époque médiévale ne voit naître un nouveau village.

La bastide de Lalinde est fondée en 1267 par Jean de la Linde pour le roi d’Angleterre Henri III, son fils, le futur Édouard Ier. Elle obtient dès le 26 juin 1267 une charte des coutumes. Les travaux sont assez longs et ne sont pas terminés en 1290.

La nouvelle ville est érigée entre la Dordogne au sud, et le ruisseau de Basenye au nord. La place est tracée au centre et des îlots sont réservés aux constructions. Trois portes principales permettent d’entrer dans la ville. Le temps a cependant détruit l’essentiel de cette bastide. Les guerres de Religion en particulier dévastent le village.

Cette bastide érigée au XIVe siècle en châtellenie a dans ses dépendances sept paroisses. En 1794, les communes de Drayaux et de Sainte-Colombe fusionnent avec Lalinde. Enfin, en 1840 est mis en service le canal de Lalinde qui joue un rôle important dans la vie de la cité pendant presque un siècle.

Actuellement, le plan de la ville avec ses rues disposées en damier et sa place centrale donne une idée de ce que fut cette bastide. Si les maisons et les murs du côté de la Dordogne ont laissé place à un jardin descendant vers l’eau, on peut voir la porte romane, à l’ouest, construite de briques et de pierres, et enserrée au milieu des maisons. Une croix de 1351 vient compléter les diverses évocations de l’histoire de Lalinde.


Commune

  • Nom des habitants : Lindois, Lindoises
  • Superficie : 2770 hectares
  • Population : 2966 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    La Dordogne

  • Origine du nom et description du blason :

    Selon le Docteur Chaume, le nom de Lalinde est une déformation du mot Diolindum , d’origine celtique, qui serait composé de Dio et Lindum . Diolindum aurait le sens de « divine eau » ou « source divine » ou encore « divinité de la source ». Il désigne en tous cas un lieu où l’on vénérait une divinité des sources ou de l’eau en général.

    Au XVIIe siècle, un arrêté du roi oblige les villes régies par un consulat à se doter d’armoiries. Les consuls de Lalinde établissent alors des armes décrites ainsi dans le Grand Armorial de France : « De gueules à un lion d’or, hissant d’une forêt de sinople sur une terrasse de même. Au chef cousu d’azur chargé d’une croisette d’or entre deux fleurs de lys de même ». Le blason combine différents éléments de l’histoire de Lalinde. Le lion est emprunté aux armoiries du premier consul d’alors, Armand de Terme, le chef chargé d’une croisette et de fleurs de lys est inspiré des armes du roi de France et d’une ancienne bannière de l’église de Lalinde.


Informations pratiques

Mairie de Lalinde

Tél. : 05.53.73.44.60 / Fax 05 53 73 44 69

Email : mairie@ville-lalinde.fr

La mairie est ouverte du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30, le samedi pour permanence de 9h à 12h.

http://www.ville-lalinde.fr

Office de Tourisme du Pays Lindois

Tél. : 05.53.61.08.55 / Fax : 05.53.61.00.64

E-mail : ot.lalinde@perigord.tm.fr

http://www.lalinde-perigord.com.


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

(2001). Atlas du patrimoine d’hier et d’aujourd’hui du pays lindois, RIS, BibTeX.

Jean-Marie Martin (1989). Connaître le Périgord, RIS, BibTeX.

Par Frédéric Gontier, J. Couleaud, C. Valérie. (2006). Les Moulins du canton de Lalinde, RIS, BibTeX.

Jean-Pierre Armand (2001). Le Canton de Lalinde, RIS, BibTeX.

M. l’Abbé Goustat (1992). Lalinde, Formation et fonctionnement d’une bastide en Périgord jusqu’en 1789, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite