Accueil > Landes > Grandes Landes de Gascogne > Lagrange

Lagrange

On chercherait en vain ici, le centre bourg, il n’y en a pas. C’est un « village » disséminé qui a gardé le nom d’un ancien prieuré édifié au XIIIe siècle, près dune église existant depuis le XIe siècle, Saint-Pierre de Juliac. Les moines bâtisseurs étaient de l’ordre des Prémontrés.

Les « grangers » sont des moines qui possèdent des fiefs. Ils les cultivent et subviennent ainsi à leurs besoins. Ils peuvent aussi aider la population en cas de famine grâce à leur production. Ces moines dépendent des vicomtes de Juliac et des comtes d’Armagnac. Ceux-ci sont arrivés au XIIe siècle, depuis l’abbaye de Saint-Martin de Laon jusqu’en Gascogne et notamment à l’abbaye de Saint-Jean de la Capelle près d’Aire-sur-Adour.

Les possessions en milieu agricole des abbayes de tous ordres se nommaient souvent, des granges et ici, c’est ce nom qui est resté. Au fil du temps le prieuré fut nommé, « la grange de Juliac » puis bien plus tard « Lagrange » qui subsistera.

Cette église était construite sur un fief du vicomte de Gabarret, englobé dans la seigneurie de Juliac. En 1398, Arnaud de Labarthe est le premier Granger de Saint-Pierre-de-Juliac.

Pendant le Guerre de Cent ans, l’église se dote de fortifications d’où la construction de la tour-porche. Comme partout l’édifice est victime des guerres de Religion, mais au XVIIe siècle, siècle qui permet aux Prémontrés de devenir aisés, un mécène, la vicomtesse de Juliac, finance la restauration des bâtiments claustraux.

En 1791, l’abbaye est dissoute : le dernier granger se nomme César de Cour-Lussagnet. En 1792, la Grange de Juliac est vendue comme bien national à Gabriel Tursan d’Espaignet.

Puis le couvent, ou ce qu’il en reste est démoli en 1922 par son propriétaire d’alors. L’église qui a bénéficié de plusieurs campagnes de restaurations, est inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques, en 1996.

L’activité économique la plus importante de Lagrange est aujourd’hui l’eau-de-vie d’Armagnac.

La forêt primaire de Lagrange fournit la célèbre « boue » de la station thermale de Barbotan.


Commune

  • Nom des habitants : Grangers, Grangères ou Lagrangeois, Lagrangeoises
  • Superficie : 2113 hectares
  • Population : 190 habitants (1999)
  • Cours d'eau :

    la Douze

  • Origine du nom et description du blason :

    Lagrange viendrait du latin granica qui signifie « pièce où l’on conserve le grain » et par extension « la ferme ».


Informations pratiques

Mairie de Lagrange : 05.58.44.81.36

Office du tourisme de Gabarret : 05.58.44.35.77


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

David Chabas (1970). Villes et villages des Landes, RIS, BibTeX.

M. Romieu (2000). La Vicomté de Juliac, RIS, BibTeX.

Bénédicte Boyrie-Fénié (2005). Dictionnaire toponymique des communes, Landes et bas-Adour, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu

  • Clocher-tour de l’église Saint-Pierre de Lagrange

    La partie la plus ancienne de l’église Saint-Pierre de Lagrange date du XIe siècle. Elle devient possession des Prémontés de Saint-Jean-de-la-Castelle (...)

    Landes - Lagrange
  • Église Saint-Pierre de Lagrange

    L’église Saint-Pierre de Lagrange se situe aux creux d’un vallon qui offre un espace silencieux propice au recueillement. Construite au XIe siècle (...)

    Landes - Lagrange

Partager cette visite