Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Sarlat-la-Canéda > La cour des enfeus

La cour des enfeus

La cour des enfeus, située entre la lanterne des morts et le chevet de la cathédrale, est l’un des seuls vestiges de l’ancien cimetière de l’abbaye romane. Cette cour doit son nom à la présence de nombreux enfeus, c’est-à-dire de niches funéraires.

Au Moyen Âge, il semble que le cimetière de la cathédrale soit le seul de Sarlat. Il devait donc être destiné à l’ensemble des paroissiens.

En raison de la déclivité du terrain, un mur de soutènement est construit au XIIe siècle afin de dégager le contour du chevet de l’église abbatiale. À partir du XIVe siècle, des enfeus sont aménagés dans ce mur et dans le mur oriental de la salle capitulaire. Ces niches funéraires correspondent aux tombes de l’élite urbaine.

En 1809, le cimetière est transféré à l’extérieur de la ville, à la demande du général Fournier Sarlovèze. L’ancien cimetière, à l’abandon, est peu à peu recouvert par la terre, qui finit par cacher complètement le mur d’enfeus.

En 1895, l’inspecteur des Monuments Historiques entreprend de dégager le niveau du sol autour du chevet et redécouvre le mur percé d’enfeus.

En 1966, la cour des enfeus est aménagée en terrasse. Les petits vestiges archéologiques trouvés sur le site seront présentés dans le futur musée de Sarlat et du Périgord Noir, installé dans l’hôtel Plamon.


Patrimoine


Informations pratiques

Accès libre.


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

(2006). Sarlat, ville d’Art et d’Histoire, Le guide, RIS, BibTeX.

Jean-Luc Aubardier (1998). Sarlat, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu

  • Enfeu sculpté de la cour des enfeus

    Construit au XVIe siècle, cet enfeu présente la particularité d’être le seul à être orné de sculptures.
    Des statues en ronde-bosse décorent le fond de (...)

    Dordogne - Sarlat-la-Canéda

Partager cette visite