Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Sarlat-la-Canéda > Jardin du Plantier

Jardin du Plantier

Le jardin public de Sarlat est au XIIe siècle le potager de l’abbaye romane, comme l’atteste l’étymologie du nom Plantier qui provient du mot « plant ».

Le potager est installé au-delà des remparts qui englobent la cité médiévale. L’évêque de Sarlat y ajoute au XIVe siècle un jardin

qui se développe ensuite sur les traces d’un bâti médiéval. Vers 1680, François II de Salignac de la Mothe Fénélon restaure celui-ci.

Selon la légende, cette restauration se fait selon les plans dessinés par le célèbre architecte-paysagiste Le Nôtre. Le réaménagement aurait été confié à l’un de ses meilleurs élèves, Porcher. Cette légende est cependant démentie en raison de la non-concordance des dates.

À la Révolution, le jardin est vendu comme bien national puis devient en 1865 la propriété de la ville. Il est ensuite réduit en raison de la construction du Palais de Justice et la création de la place de la grande Rigaudie.

Séparé du cœur de la ville par le boulevard Henri-Arlet, le jardin public offre aujourd’hui un panorama sur les toits de lauzes de Sarlat. Il abrite de grandes allées bordées de platanes, de séquoias, de magnolias et de cyprès.


Patrimoine

  • Propriétaire : Commune
  • Types > Bâtiments, édifices > Jardin
  • Précisions sur la datation :

    Aménagement : XIVe siècle
    Remaniement : XIXe siècle


Informations pratiques

Ouvert au public.


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Jean-Luc Aubardier (1998). Sarlat, RIS, BibTeX.

(2006). Sarlat, ville d’Art et d’Histoire, Le guide, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu

  • Kiosque à musique du jardin du Plantier

    Inauguré le 24 octobre 1909, le kiosque à musique du jardin public de Sarlat permet au début du XXe siècle de démocratiser les concerts.
    Implanté au (...)

    Dordogne - Sarlat-la-Canéda

Partager cette visite