Accueil > Pyrénées-Atlantiques > Pays Basque > Hendaye

Hendaye

Ville frontalière, Hendaye est idéalement située dans la baie de Txingudi, qu’elle partage avec deux communes du Pays Basque espagnol, Irún et Fontarrabie. Elle s’est implantée dans un cadre exceptionnel entre les montagnes pyrénéennes et l’océan.

Les premières traces de la présence humaine à Hendaye remontent à la période de l’Empire romain, ce qui coïncide avec l’existence certifiée de la cité portuaire romaine d’Oiasso, ancêtre de l’actuelle ville d’Irún. Il convient de souligner que seule la partie de la baie de Txingudi accueillant cette dernière a connu des opérations de fouilles archéologiques, mais, selon les experts, il est plausible que des traces de la civilisation antique se trouvent dans toute la baie et donc sur le territoire communal d’Hendaye.

Dès le Moyen Âge, Hendaye est située sur l’un des plus anciens chemins secondaires du pèlerinage de Compostelle, qui est, au moment de l’occupation musulmane, une des routes les plus sûres d’Espagne et donc très fréquentée.

La subsistance économique d’Hendaye est assurée pendant de nombreux siècles par la mer. Le développement d’Hendaye au XVIe siècle est dû à l’amenuisement des effectifs de baleines près des côtes. Il provoque en effet la croissance de la pêche hauturière afin de traquer le cétacé.

Les conflits avec les pêcheurs espagnols sont fréquents entre les XVIe et XVIIIe siècles, parce qu’ils se disputent le territoire maritime et les gisements piscicoles du golfe de Gascogne. Aussi les embarcations destinées à la pêche sont-elles souvent équipées comme des bâtiments de guerre pour faire face aux périodes de conflits.

Les marins hendayais, toujours sur le territoire d’Urrugne en 1627, participent ainsi au siège de La Rochelle sur ordre de Richelieu afin de repousser les Anglais.

Outre les ressources alimentaires qu’elle fournit en abondance, la mer offre aux marins hendayais de remarquables compétences de matelots, notamment en tant que corsaires. Certains Hendayais se sont ainsi fait un nom grâce à leurs prouesses, comme Étienne Pellot ou Jean de Suhigaraychipy, dit Croisic.

Hendaye, ville-frontière placée sur le chemin des invasions, est la première proie lors des conflits franco-espagnols. C’est pourquoi la construction du fort de Gaztelu-Zahar est engangée, ordonnée par Louis XIII en 1618. Cette défense n’empêche pas qu’en 1636, lors du conflit opposant la France et l’Espagne, Hendaye soit prise par les armées ibériques. C’est pourtant sur son territoire, plus particulièrement sur l’Île aux Faisans, qu’est signée la paix entre les deux pays en 1659.

Le traité des Pyrénées y scelle une alliance bilatérale par le mariage de Louis XIV avec l’Infante d’Espagne. Mais sa situation stratégique lui vaut d’être entièrement détruite en 1793, alors que l’armée espagnole vient soutenir le parti royaliste en pleine Révolution. De nombreuses victimes sont à déplorer parmi la population. En 1813, Hendaye subit le passage des troupes napoléoniennes de retour d’Espagne, ce qui entraîne la destruction partielle de la commune. Le fort de Gaztelu-Zahar est anéanti et les archives incendiées.

La guerre civile espagnole en 1936 réconcilie les voisins éternels rivaux de la baie de Txingudi. Les Hendayais abritent les persécutés de l’armée franquiste.

La Seconde Guerre mondiale marque la commune avec la rencontre historique entre Hitler et le général Franco le 23 octobre 1940. Leur négociation se solde par un accord stipulant le renoncement des troupes allemandes à conquérir l’Espagne et le non-engagement de l’État espagnol dans la Seconde Guerre mondiale.

Le XIXe siècle voit la naissance de l’industrie touristique hendayaise. La commune est un précurseur dans ce domaine avec la création de la station touristique d’Hendaye-Plage en 1887, dans le cadre de laquelle sont édifiés une ligne de tramway et un établissement de bains.

Du point de vue économique, le début du XXe siècle apporte une diversification de l’activité avec l’ouverture de grands commerces et manufactures de produits locaux. C’est aussi le temps de rapports apaisés avec les voisins espagnols, notamment avec l’ouverture des frontières de l’Union Européenne en 1992. La communauté espagnole représente de nos jours quasiment un quart des habitants d’Hendaye.

La ville exploite maintenant au mieux sa situation, jadis handicapante, de ville frontalière. Elle a signé un accord, le Consorcio Bidasoa-Txingudi, l’unissant à ses voisines d’Irún et de Fontarrabie dans la perspective de projets communs multi-sectoriels. Cette politique est facilitée par la présence d’équipements logistiques unissant les deux pays. La commune accueille aussi une zone d’activité industrielle et commerciale ainsi qu’une zone artisanale.

Aujourd’hui l’une des ressources principales d’Hendaye est générée par le tourisme. La ville dispose en effet d’un port de plaisance d’importance régionale, d’un centre nautique qui participe au positionnement souhaité par l’office du tourisme, d’un centre de thalassothérapie permettant l’étalement de la saison touristique ainsi que de nombreux sites culturels et naturels. Ainsi Hendaye valorise-t-elle son atout majeur : la commune possède la seule plage de sable fin de la baie de Txingudi.


Commune

  • Nom des habitants : Hendayais, Hendayaises
  • Superficie : 795 hectares
  • Population : 14041 habitants (2006)
  • Cours d'eau :

    la Bidassoa

  • Origine du nom et description du blason :

    À l’origine, Hendaye est un petit quartier, voire un hameau, de l’importante paroisse médiévale d’Urrugne. En 1598, le site obtient l’autorisation d’édifier sa propre église. Elle acquiert son statut de commune en 1654, par décret royal de Louis XIV, sous le nom officiel d’Andaye.

    Le blason d’Hendaye est réalisé probablement après 1660 : « D’azur à la baleine d’argent nageant dans une mer au naturel mouvant de la pointe, surmontée de trois harpons d’or, deux passés en sautoir et un en pal, accompagnée en chef d’une couronne royale du même, accostée des lettres H à dextre et E à senestre, toujours d’or. » Sa déclinaison actuelle date de 1974.


Informations pratiques

Ville d’Hendaye

Place de la République

B.P. 416

64704

HENDAYE CEDEX

05.59.48.23.23

http://www.hendaye.com

Office de tourisme d’Hendaye

67, bd de la mer

64700 HENDAYE

05.59.20.00.34

http://www.hendaye-tourisme.fr/


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

M. Michelena (1987). Hendaye, son histoire, RIS, BibTeX.

Georges Fabre (1994). Carte archéologique de la Gaule, Pyrénées-Atlantiques, RIS, BibTeX.

Consorcio Transfontalier Bidasoa Txingudi, RIS, BibTeX.

Armoiries des villages du Pays Basque, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite