Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Eyzies-de-Tayac-Sireuil (Les) > Grotte des Combarelles

Grotte des Combarelles

Située aux Eyzies-de-Tayac-Sireuil, la grotte des Combarelles figure parmi les sanctuaires magdaléniens les plus importants du monde. Selon l’abbé Breuil, cette grotte constitue l’un des « géants de la Préhistoire ». C’est aussi l’un des sites les plus visités de l’Hexagone.

Constituée en réalité par l’ancien lit d’une rivière souterraine, la grotte des Combarelles se situe sur la rive gauche de la Beune, à 1,5 kilomètre à peine de la grotte de Font-de-Gaume. L’entrée se fait par un porche. La grotte des Combarelles I s’ouvre sur la gauche et la grotte des Combarelles II sur la droite. Cependant, seule la première est ouverte au public.

C’est entre 1892 et 1894 qu’Émile Rivière entreprend des fouilles sous le porche et découvre des traces d’occupation humaine. Il faudra cependant attendre le 8 septembre 1901 pour que l’abbé Breuil, le docteur Capitan et Denis Peyrony décèlent les nombreuses représentations pariétales à l’intérieur des boyaux de la grotte.

Au fil de leurs fouilles, ils prennent conscience d’avoir mis à jour un sanctuaire majeur de l’époque magdalénienne : les parois sont en effet peintes et gravées entre 14 000 et 12 000 avant notre ère. Le réchauffement climatique et l’activité des parois qui en découle ont certes détruit la majorité des peintures, mais ont fixé les gravures et leur ont conservé une grande fraîcheur. Actuellement, on recense environ 600 représentations figuratives et autres signes dans l’ensemble de la grotte des Combarelles I et une trentaine de gravures dans les Combarelles II.

La grotte est très profonde et pour accéder au fond, certains endroits nécessitent à l’époque de passer à quatre pattes et peut-être même de ramper. Ce n’est qu’à environ 160 mètres de l’entrée que commence la plus grande concentration de figures. Elle se poursuit jusqu’au bout de la grotte. Cet ensemble consiste en un bestiaire paléolithique traditionnel avec une majorité de chevaux (environ 140). Les bisons arrivent en deuxième position, suivis des figures humaines (48). Le grand nombre de représentations humaines est d’ailleurs exceptionnel dans l’art préhistorique et c’est l’un des très nombreux intérêts de cette grotte. On trouve également des rennes, un ours, un(e) lion(ne), un âne, un rhinocéros, une biche, un poisson, un loup, un possible renard.

L’une des rares peintures des Combarelles bien conservées représente un bouquetin, ainsi que des signes tectiformes typiques du Périgord préhistorique, dans un enchevêtrement où l’on note de nombreuses superpositions. Cela rend le dénombrement des figures et leur relevé compliqués. Les chercheurs notent des différences stylistiques selon la date des gravures et la qualité des murs.

Depuis 1979, le site de la grotte des Combarelles est inscrit par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité, en association avec d’autres sites de la région sous le nom de « Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère ».


Patrimoine


Informations pratiques

Visite uniquement sur réservation à la billetterie de Font-de-Gaume. Vous visiterez La Grotte des Combarelles par petits groupes de 5 - 6 personnes, accompagnés d’un conférencier.

Horaires des visites : ouvert tous les jours sauf le samedi.

- Du 1er novembre au 15 mai sur rendez-vous auprès du service de réservation de Font-de-Gaume.

- Du 15 mai au 15 septembre : 9 h 30 à 17 h 30

- Du 16 septembre au 14 mai 9 h 30 à 12 h 30 14 h 00 à 17 h 30

Téléphone : 05 53 06 86 00 - Fax : 05 53 35 26 18

E-Mail : fontdegaume@monuments-nationaux.fr

http://www.hominides.com/html/lieux/grotte-combarelles.htm


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

André Coffyn et Antoine Lebègue (1991). Lascaux, les Eyzies, la vallée de la Vézère, RIS, BibTeX.

Norbert Aujoulat, Jean-Michel Geneste, Jean-Philippe Rigaud et Alain Roussot (1991). La Vézère des origines, sites préhistoriques, grottes ornées et musées, RIS, BibTeX.

Monique et Claude Archambeau (1989). Les Combarelles, RIS, BibTeX.

Jean-Luc Aubarbier, Michel Binet, Guy Mandon (1987). Nouveau Guide du Périgord Quercy, RIS, BibTeX.


Partager cette visite