Accueil > Dordogne > Périgord Noir > Eyzies-de-Tayac-Sireuil (Les) > Grotte de Font-de-Gaume

Grotte de Font-de-Gaume

Cette grotte est le résultat de l’écoulement d’eaux souterraines qui creusèrent la roche à cet endroit. À peine quatre jours après la découverte de la grotte des Combarelles, Denis Peyrony, Henri Breuil et Louis Capitan découvrent celle de Font-de-Gaume le 12 septembre 1901.

Le relevé de l’abbé Breuil recense environ 250 figures peintes ou gravées, les deux techniques se mélangeant parfois. Des fouilles entreprises entre 1958 et 1967 permettent une meilleure connaissance de l’histoire de ce sanctuaire. Un auvent rocheux abrite l’entrée de la grotte. La galerie principale mesure environ 125 mètres de longueur, 3 mètres de largeur et jusqu’à 8 mètres de hauteur sous voûte. Ce que l’on appelle le « cabinet des Bisons » se situe dans une salle de petite dimension et en forme de cul-de-four. Les représentations datent du Magdalénien moyen, soit entre -16000 et -13000 ans, estimation basée sur la comparaison stylistique avec d’autres grottes ornées. Quelques traces de gravures sont présentes à l’entrée de la grotte, mais la partie ornée ne commence qu’après un rétrécissement de la cavité appelé le Rubicon, soit à une soixantaine de mètres du porche. On recense plus de 200 gravures et peintures dont certaines gardent encore leur polychromie. Le noir et le rouge sont les couleurs dominantes. Les hommes préhistoriques les obtiennent facilement à partir de pigments naturels. La poudre obtenue peut être mélangée avec de l’eau et appliquée par tamponnage ou simplement soufflée. Le relief des parois donne une impression de profondeur et de mouvement aux animaux représentés.

On compte de nombreux rennes, bisons, chevaux, mammouths, un loup noir, un rhinocéros et un renne peints en rouge et quelques figures s’apparentant à des humains. De nombreux signes (tectiformes, quadrilatères, signes en X) complètent l’ensemble. Certaines superpositions font penser à deux phases d’exécution : l’une contemporaine de Lascaux, la deuxième plus tardive. La formation de calcite a par endroits endommagé les œuvres.

L’inscription du site au patrimoine mondial de l’UNESCO date de 1979 avec d’autres grottes sous l’appellation « Grottes ornées de la vallée de la Vézère ». La grotte de Font-de-Gaume se visite toujours. C’est l’une des dernières grandes grottes françaises encore ouvertes au public. L’état de conservation des œuvres est stable grâce aux mesures prises par les scientifiques et le très petit nombre de visiteurs acceptés.

Galerie photo

Grotte de Font-de-Gaume, Les Eyzies-de-Tayac (24) Grotte de Font-de-Gaume, Les Eyzies-de-Tayac (24) Grotte de Font-de-Gaume, Les Eyzies-de-Tayac (24) Grotte de Font-de-Gaume, Les Eyzies-de-Tayac (24) Grotte de Font-de-Gaume, Les Eyzies-de-Tayac (24)

Patrimoine


Informations pratiques

Nombre de visites limité

Contact :
fontdegaume@monuments-nationaux.fr
téléphone de 14h à 16h30 : 05.53.06.86.00

http://eyzies.monuments-nationaux.fr/


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Jean-Luc Aubardier, Michel Binet, Guy Mandon (1987). Nouveau Guide du Périgord Quercy, RIS, BibTeX.
André Coffyn et Antoine Lebègue (1991). Lascaux, les Eyzies, la vallée de la Vézère, RIS, BibTeX.
Paulette Daulesse, Pierre Vidal, Jean Vouvé, Jacques Brunet (1984). La Grotte de Font-de-Gaume : art pariétal, protection, conservation et intervention, RIS, BibTeX.


Partager cette visite