Accueil > Gironde

Gironde

La Gironde est le plus grand département de France métropolitaine. Il a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790, et est issu d’une partie des anciennes provinces de Guyenne et de Gascogne. La Gironde est limitrophe des départements des Landes, du Lot-et-Garonne, de la Dordogne et de la Charente-Maritime et a su profiter au fil des siècles de cette situation géographique très convoitée.

L’estuaire de la Gironde s’impose à partir du IIIe siècle avant J.-C. comme l’axe majeur de circulation marchande entre la côte atlantique et l’intérieur des terres, principalement celles bordant la Méditerranée. Le port de Burdigala, créé et contrôlé par un peuple celtique nommé « Bituriges Vivisques », s’enrichit en devenant le carrefour du commerce du cuivre et de l’étain.

Sous la paix romaine, la Gironde continue à se développer. Les Bituriges, désireux d’approvisionner eux-mêmes les troupes romaines présentes en Bretagne, décident d’importer des plants de vigne et de produire un vin qui connaît très vite un grand succès.

La région assoit définitivement sa richesse à partir de 1720 grâce au commerce colonial dit « triangulaire ».

La Gironde s’ouvre à l’industrialisation à la fin du XIXe siècle avec les chantiers de construction navale. Premier département français agricole, elle est en outre aujourd’hui un centre d’accueil important pour les technologies de pointe comme l’aéronautique. Elles cohabitent avec le tourisme balnéaire et bénéficient de ce carrefour commercial européen et mondial qu’est Bordeaux.

Parallèlement à ce développement commercial, la Gironde connaît une expansion urbaine importante dès le XIIIe siècle. Avec le mariage d’Aliénor d’Aquitaine et d’Henri II de Plantagenêt, le duché d’Aquitaine passe sous l’autorité anglaise. La région ne cesse alors de prospérer, la population croît et s’urbanise avec la construction de nombreuses bastides comme Libourne (1270), Sauveterre-de-Guyenne (1282) et Créon (1315).

Les constructions ne sont pas seulement des édifices militaires réalisés pour protéger le territoire et les habitations. L’art roman s’exprime dans l’architecture religieuse, notamment aux portails des églises de Moulis-en-Médoc, Sainte-Radegonde, Castelvieil... On édifie également de nombreux moulins à eau fortifiés. On peut toujours les admirer à Bagas, Blasimon ou Langoiran.

La bataille de Castillon en 1453 scelle la défaite anglaise et la fin de la guerre de Cent Ans entre les royaumes anglais et français : le duché d’Aquitaine est à nouveau rattaché à la France. A son tour, le pouvoir royal, prend soin de fortifier la contrée et notamment l’estuaire, en commandant la construction de la citadelle de Blaye à Vauban.

Le XVIIIe siècle connaît une explosion urbaine, menée par les intendants Boucher et Tourny : les remparts médiévaux sont remplacés par de larges avenues appelées « cours » ; sur les quais s’élèvent de majestueuses façades et l’on ne compte plus le nombre d’hôtels particuliers et d’immeubles bourgeois en construction à Bordeaux.

La Gironde ­est célèbre pour sa forêt landaise (c’est le département le plus boisé de France), ses traditions gasconnes et ses monuments historiques. La région du Bazadais en recense le plus grand nombre : la cathédrale de Bazas (classée au patrimoine Mondial de l’Unesco), le château de Roquetaillade, de Malle, de Cazeneuve, de Budos, de Fargues...


Département

  • Nom des habitants : Girondins, Girondines
  • Superficie : 1000000 hectares
  • Population : 1376000 habitants (2005)
  • Cours d'eau :

    la Dordogne, la Garonne et la Leyre

  • Origine du nom et description du blason :

    Le nom de Gironde provient du latin girus undae qui signifie « le remou des eaux qui s’entrechoquent ». Ce département doit en effet son nom au fleuve qui le traverse et qui prend naissance à la confluence de la Dordogne et de la Garonne.

    Le blason est « gironné d’argent et d’azur de huit pièces, au chef de gueules chargé d’un léopard d’or, armé et lampassé d’azur ». Il a été conçu vers 1950 par l’héraldiste Robert Louis. Le gironné est dit « parlant » ; on appelle « armes parlantes », les armes comportant des figures, qui par leur nom ou leur image, évoquent plus ou moins directement le nom (parfois la fonction) du possesseur de ces armes. Le chef du blason est aux armes de l’ancienne province de Guyenne, dont Bordeaux, chef-lieu du département, était la capitale.


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Conseil général de la Gironde, RIS, BibTeX.

Comité Départemental du Tourisme de la Gironde, RIS, BibTeX.

Michel Figeac (2005). La Gironde, de la Préhistoire à nos jours, RIS, BibTeX.

Philippe Prévôt (2006). Connaître la Gironde, RIS, BibTeX.


À découvrir dans ce lieu


Partager cette visite