Accueil > Dordogne > Périgord Blanc > Saint-Léon-sur-l’Isle > Gentilhommière du Puits Notre-Dame

Gentilhommière du Puits Notre-Dame

La gentilhommière du Puits Notre-Dame de Saint-Léon-sur-l’Isle est réhabilitée en chambre d’hôtes, ce qui permet à tous d’apprécier le cadre privilégié de cet ancien couvent.

La gentilhommière du Puits Notre-Dame est élevée au XVIIe siècle dans le bourg de Saint-Léon-sur-l’Isle, derrière l’église. Son architecture l’apparente aux chartreuses que l’on trouve dans le Périgord blanc. En effet, elle est composée d’un corps de logis qui s’élève sur deux niveaux, encadré par deux pavillons. La façade principale donne sur l’église et s’ouvre sur une cour carrée dotée d’un puits couvert. La façade secondaire ouvre, quant à elle, sur un parc arboré.

Il semble que le commanditaire initial soit la famille Taillefer. Le sort de cette gentilhommière est ensuite lié aux innombrables biens immobiliers des Talleyrand-Périgord, car en 1727 elle devient leur propriété. Puis, lors de la Restauration, cet édifice accueille un couvent. Il s’agit du couvent des sœurs de Sainte-Marthe, congrégation religieuse vouée à la charité et à l’éducation chrétienne des jeunes enfants.

Cette demeure redevient une propriété privée au XXe siècle. Elle a notamment appartenu à M. et Mme Desgraupes dont le fils Pierre a été l’un des pionniers de la télévision française. Son corps repose au cimetière communal de Saint-Léon-sur-L’Isle.

Les propriétaires actuels ont entrepris d’importants travaux de restauration ; depuis, cette gentilhommière de Saint-Léon-sur-l’Isle est un établissement de chambres d’hôtes.


Patrimoine


Informations pratiques

Chambre d’hôtes : 05.53.81.39.79


Paternité

Contributeurs
Conseil régional d'Aquitaine
Sources

Guy Penaud (1996). Dictionnaire des châteaux du Périgord, RIS, BibTeX.

, RIS, BibTeX.


Partager cette visite